Chronique

MNEMIC - SONS OF THE SYSTEM / Nuclear blast 2010

Nos Danois auront pris leur temps pour nous proposer leur quatrième opus, le deuxième en compagnie de notre French Guillaume Bideau. Succédant à un très bon 'Passenger', notre combo, de retour sous la houlette de Tue Madsen, doit frapper fort pour exploser !

On attaque par la title track, qui nous prépare à la frappe lourde. « Sons of system » refait les présentations avec un métal moderne et virulent. On peut dire que les qualités du combo sont toujours là, armées d'un gros son et d'un chant plus en phase. Le refrain plus mélodique est bien vu, même s'il est un peu trop court. Un bon début qu'on poursuit vite avec « Diesel uterus ». Un patronyme étrange pour un titre rentre dedans sans concession. Un titre qui se rapproche des travaux d'un Fear Factory, avec plus de chant clair et un refrain aérien très bien exécuté par un Guillaume Bideau bien plus à l'aise. Une des très bonne surprise de l'album.
« Mnightmare » quant à elle ne fait pas dans la dentelle, et déboule à fond les ballons. Seul à nouveau un refrain plus mélodique fait respirer l'ensemble. Bon mais par moment trop brut. « The erasing » semble bien trouvé. Une ambiance sombre digne d'un vieux film d'horreur pour ce gros morceau bien pensé. Surement le meilleur titre de l'album sans hésitation !
« Climbing toward star » arrive et évolue dans une sphère sympathique mais déjà vu. Pas que ceci soit mauvais mais, rien de bien novateur sort de là. Dommage, car elle est bien remuante. Avec « March of the tripods », on lorgne vers du doom dévastateur ! Bien plus lourde que ces devancières elle nous permet de voir un visage différent et plus inspiré de nos Danois. À nouveau une très belle réussite, à mettre à leur actif.
Après un tel moment « Fate » ne devrait pas lésiner pas sur le superflu. Et bien non, malgré tout voici un titre bien mélodique qui passe extrêmement bien. Le travail de Guillaume est impressionnant, le voici en pleine possession de ses moyens. Décidément cet album se révèle de titre en titre. Et « Hero(in) » ne changera pas mon avis. Un morceau plus agressif et malsain, mais aussi plus mélancolique de part son refrain. Un très grand moment de cet opus mature et révélateur du potentiel du combo.
« Elongated sporadic dursts », étonne par son côté froid et mécanique. Heureusement que d'autres passages lui confèrent plus de chaleur. Plus progressif que d'habitude elle lorgne presque vers les Suédois déjantés de Messuggah ! « Within » remet le Mnemic connu dans nos oreilles. Riff gras et méchant, nous voilà partie pour quatre minutes qui ne plaisantent pas ! A mon avis un peu en dessous du reste, peut-être par son côté déjà vu.
On termine avec « Orbiting ». Un titre dans la tradition de nos Danois, dommage que cela finisse comme ça, j'y aurai bien vu une autre perle. Mais bon ça en live ça va péter et c'est ça le plus important !

Conclusion : pour ce quatrième opus, Mnemic y a mit tout son cœur, pour nous proposer du lourd et du mature. Plus recherché, plus aventureux, plus mélodique tout en étant aussi puissant et dévastateur, nos Danois ont placé la barre encore plus haute et prouvent toutes les bonnes intentions qu’on leur porte. A découvrir vite, vite !
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 1183 fois