Chronique

OVERKILL - IRONBOUND / Nuclear blast 2010

Notre légende du Trash New-Yorkais revient avec ce nouvel album nous apporter la bonne parole. Produit par le très occupé Peter Tagtgren (Pain, Hypocrisy, Dark Funeral, Children of bodom, Immoral...) Overkill veut profiter du succès de sa dernière tournée avec Exodus pour remettre le Trash Old Scholl sur les bons rails !!

La basse de l'infatigable DD Verni nous accueille pour l'intro de l'inquiétante « The green and black » puis dans un riff purement Trash, Overkill envoie la sauce, pour plus de huit minutes de bonheur !! Un titre épique qui change de rythme et d'ambiance mais surtout est venimeux comme aux plus beaux jours de notre formation. Un hit d'entrée qui place la barre très, mais alors très, très haute !! Comment continuer après une telle démonstration de force ? La réponse se nomme « Ironbound » qui à coups de fouet vous fait comprendre que cette fois-ci Overkill va tout écraser sur son passage. Bien plus progressif et inspiré le Overkill nouveau a de sacrés arguments ! Une seconde jeunesse qui nous est présentée sous forme d'hymne à la gloire du vrai Trash !
Ravi comme le jour de mes premières érections, je me prends un « Bring me a night » qui ne fait pas retomber la pression et enfonce ce satané clou rouillé encore un peu plus profond ! Un titre qui speed, tonitruant, qui vous monte au cerveau comme une bonne dose d'adrénaline ! Nouvelle intro lugubre pour « The goal is your soul », qui rappelle le bon vieux Metallica. La suite plus rythmée reste dans cette veine. Moins mordante elle nous offre un bon heavy trash à la Annihilator dantesque et gavée de bonnes trouvailles.
« Give a little » reste dans le bon esprit avec cette nouvelle pépite. Titre le plus court de l'album il en oublie pas de nous marquer au fer rouge avec un refrain rentre dedans. Avec de telles preuves, on sait que le Trash Old Scholl a encore de très beaux jours devant lui ! « Endless war » nous remet du épique qui va en trouer des culs !! Guitares acérées, chant habité, rythme endiablé, tout est réunit ici pour votre plus grand plaisir ! Quelques clins d'œil à Iron Maiden viennent aussi vous envahir... aghhh !
Début calme pour « The head and heart ». Un gros mid tempo, surpuissant qui atomise vos neurones. Un titre diabolique avec différents passages pour vous glacer le sang. Par contre « In vain » ne fait pas dans la subtilité. Non là on a du vrai qui déboite et ne s'arrête pas. Un bulldozer pour le live qui va faire secouer des têtes jusqu'aux ruptures !
« Killing for a living » commence comme Damage Inc de Metallica, avant de nous offrir un Trash à nouveau tonitruant, qui ne fait toujours pas tomber une pression à son paroxysme ! Complètement vidé on se fait achever par un « The SRC » qui déboule à 200 à l'heure et t'arrache les derniers lambeaux de peau encore accrochés à ta carcasse martyrisée par ses minutes intensives. Un dernier hymne au même niveau que les autres, donc excellent !

Conclusion : je me risque attivement à dire que ce Ironbound sera l'album Trash de l'année et bien l'un des tout meilleur de la discographie prolifique de nos New-Yorkais. Oui, dix pures bombes prêtes à décaper les fans de tout poil ! Aller venez headbanger sans modération !
 
Critique : Guillaume
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 5006 fois