Chronique

EISBRECHER - EISZIET / AFM Records 2010

Après une première rencontre plutôt négative, je me repenche aujourd'hui sur le cas Eisbrecher. Car nos Allemands sortent leur quatrième opus (je m'étais occupé de leur deuxième) et donc allons voir où ils en sont.

« Bose madchen » va nous permettre de voir où en est le groupe ! Première constatation nos Allemands ont développé leur côté métal en proposant un style encore plus proche de Oomph. Dans un sens c'est une bonne nouvelle car l'électro est bien plus en retrait, par contre niveau originalité c'est limite. Malgré tout un bon premier titre entrainant. « Eisziet » bien plus lourd et sombre passerait mieux si on ne pensait pas à Rammstein durant les couplets et Oomph durant le refrain. C'est plutôt dur de ne pas se laisser prendre par ce style particulier mais dommage que pas assez de personnalité ne ressorte de là, car c'est plutôt bien fait.
L’électro refait son apparition en force avec « Bombe » qui par contre me rebute. Proche de ce que le groupe a pu nous présenter dans ses premiers opus. Seul le refrain malsain est intéressant. Certains diront que c'est suffisant. « Gothkiller » ne change pas et retrouve le côté certes plus perso mais beaucoup moins métal, qui ne me plait pas du tout.
On sauve les meubles avec un « Die engel » plus ambiant mais métal ! Malheureusement dès que le groupe retrouve son métal, l'esprit plus que présent d'Oomph revient à l'assaut. Il faut dire que la voix d’Alexx Wesselsky est vraiment très proche de celle de Dero. « Segne dinen schmerz » est entre indus et métal un peu à la Manson des débuts. Pas des plus appréciable mais pas le plus dégueu.
Avec « Amok » on est en plein indus électro sans métal qui me donne envie de gerber !!! vite la suite !! « Dein weg », n'améliore pas vraiment l'intérêt avec ce rock indus Fm. Un single bien mais vite oublié.
« Supermodel » n'apporte rien de plus à l'ensemble, et ne laisse pas non plus un souvenir quelconque. On termine « enfin » serais-je tenté de dire par « Der hauch des lebens » bien sombre et lourde. Voilà finalement un très bon titre avec toujours les mêmes défauts substantiels.

Conclusion : malgré tous les efforts du monde Eisbrecher n'arrive pas à relever son niveau. Une seconde classe qui n'a pas les moyens de faire mieux. Un quatrième opus sans plus, vraiment !
 
Critique : Guillaume
Note : 5/10
Site du groupe :
Vues : 4868 fois