Chronique

LOTHRINGEN - CROSSBOWS AND ABORTED LOVES / Autoproduction 2010

Mesdames et Messieurs, bien le bonjour. Nous voici aujourd’hui en présence d’une denrée rare. Du métal des Vosges (en France, au cas où…). Le groupe s’appelle LOTHRINGEN et vient nous présenter son deuxième opus CROSSBOWS AND ABORTED LOVES. A savoir, le groupe est en fait articulé autour d’un personnage : Julien Desprez qui est le seul membre d’ailleurs à être présent sur les deux albums. Et, ce, pour le simple fait que les compositions, les parties de tous les instruments ainsi que les arrangements sont le fruit de son travail. A respecter. Ecoutons donc ce que cet homme orchestre et sa bande de trublions nous ont donc concocté.

DO YOU FEEL THE BOOGEYMAN ? Un premier morceau très sympathique. Du rock hard heavy FM à forte consonnance eighties. Des lignes très chantantes. Un son de synthé typique des groupes de hard du milieu 1980 (BON JOVI, MALMSTEEN et autres). Si ce n’était un léger défaut de prononciation qui m’a un peu heruté au début, c’est un très bon morceau de hard rock qui passe très bien. De la graine de tube.
REMEMBER POLARIS. D’entrée de jeu, ils osent la ballade. Un morceau mélancolicodramatique très joli, très bien chanté. J’adore ce son de synthé de la grande époque où tout était permis. Une pure ballade hardrocker à l’ancienne. Un bémol pour une mélodie guitare qui sonne limite faux. Les gars, l’atonal, c’est l’apparat des jazzeux, faut leur laisser.
MEDIEVAL TALES.Un bon hard à l’ancienne. Dans l’esprit, c’est très roots. Ca se pose pas de questions et tant mieux, La musique n’en est que plus efficace.
DEATH ALWAYS FIND A WAY. Le sempiternel ternaire à la double. Bon petit morceau, bien sympa, bien joué. De la musique comme ça, ça vous rafraîchit les oreilles, ça fait du bien. C’est sain. Le la musique pour la musique, des mélodies simples, efficaces, accrocheuses. Certes, on ne sort pas trop des sentiers battus mais c’est très bien exécuté et ça sonne.
SAIL TO YOUR DREAM. Un bon hard FM très mélodique qui chante, très aérien. Accrocheur. Un tube. Bon, à la fin, le batteur craque complet, sans grande incidence pour le morceau. Sans grand intérêt non plus. Mais c’est anecdotique. Un bon morceau aux mélodies très agréables.
SHE’S A WITCH. Même trempe que précédemment. Du bon hard. Des interventions guitare vraiment bon esprit. Bon, c’est au tour du clavier de craquer mais ca va dans le sens de la musique et digne d’intérêt. D’ailleurs le gratteux suit cet esprit. Des refrains toujours accrocheurs. C’est simple, efficace, mélodique. Y’a pas à tortiller du cul pour chier droit.
FORGOTTEN WORDS. Oh putaing ! JAYCE ET LES CONQUERANTS. « Va, Jayce… ». Un bon morceau, des mélodies accrocheuses, l’album suit son cours.
A KING IS ALWAYS ALONE. Un tube en puissance. Des rythmiques MALMSTEENiennes empreintes de néoclassique, un refrain qui vous marquera au fer rouge. Un très bon morceau de heavy. Un petit final en traisition ternaire binaire sympathique. Très bon.
ELVIGE FAREWELL. Très heavy, des influences néoclassiques qui vont bien, de bons riffs. Encore une composition efficace qui passe bien.
MY NEMESIS. Une outro instrumentale sympathique pour conclure cet album.

Pour synthétiser tout ça, donc. Un album de hard-heavy FM symphonique très agréable, joué comme il se doit. Des lignes de chant qui accrochent, des riffs efficaces, une interprétation simple mais sans faille et efficace. A savoir que c’est de l’autoproduction donc il faut respecter le travail d’orfèvre des gars. Son, mixage et arrangements sont d’enfer.
Mon petit bémol, la prononciation en anglais. A travailler pour plus de crédibilité. Mais cela n’enlève en rienla qualité d’ensemble du produit. Certains titres sont des tubes en puissance. Bravo Julien et bravo les gars. Confirmez ça dignement sur scène.
 
Critique : Burno
Note : 7/10
Site du groupe : My Space officiel
Vues : 5424 fois