Chronique

ROSAE CRUCIS - FEDE POTERE VENDETTA (OVERLORD EDITION) / Jolly Roger Records 2010

Rosae Curtis est un groupe italien évoluant dans le speed melodic. Orignial non ? Ce Fede Potere Vendetta (overlord edition) est le une ré-édition du troisième album portant le même nom, mais avec cette fois-ci des paroles en anglais et non en italien comme c’était le cas sur la première version.

L’album débute avec « The fall of the false ». Une intro lente et lourde accompagnée d’une voix lourde. Le tout sera agrémenté de bruits d’épées se touchant lors de batailles. Un peu long et répétitif. L’album se lance vraiment avec « Fede potere vendetta ». Et comment dire, c’est presque insupportable. Ca part dans tout les sens sans pour l’intro. L’ensemble se remet en place pour rentrer dans un speed metal où le chant est agressif. L’accent du chanteur est assez remarquable, la prononciation à l’italienne de l’anglais … c’est détonnant.
Au tour de « Crusade » de se lancer, et là, c’est la casserole qui sert de caisse claire. Pour le côté musical, c’est un bon titre de speed mélodique qui démontre les capacités des musiciens. On appréciera la voix claire de Ciape, qui est bien plus appréciable que sa voix lourde. Mais c’est loin d’être bon quand même. Un rythme chevaleresque pour « Anno Domino » qui rappel sans hésitation le « Trooper » de la vierge de fer, tout comme le reste de la chanson d’ailleurs (écoutez le solo guitare). Le chant arrive et c’est la catastrophe.

Les trois prochains morceaux « The Nemedian Chronicles / Crom / Venarium » sont un tribute à Robert E. Howard et à son œuvre Conan. D’ailleurs le premier titre est un vrai bonheur, reprenant le thème de Basil Poledouris. Sur la troisième partie, un invité au niveau du chant apparaît. Il s’agit de Chris Boltendahl (Grave Digger). Et je peux vous dire que ça ne fait pas de mal et que ça relève le niveau.
On finit l’album avec « Blood style » qui envoie bien côté musical. Les musiciens se déchirent biens, les chœurs et les mélodies sont porteuses et le chant arrive…

Conclusion : mise à part la trilogie en hommage à Conan qui relève un peu le niveau de l’album, le reste est à oublier car catastrophique. Ca en est presque risible.
 
Critique : Lionel
Note : 3/10
Site du groupe : Site du label Jolly Roger
Vues : 5357 fois