Chronique

NACHTBLUT - ANTIK / Napalm Records 2011

Formé en 2005, le groupe allemand NACHTBLUT ne nous livre pas ici son 3ème album mais un ré enregistrement de son deuxième « Antik ».
Si l’on en croit les descriptifs, le groupe fait du dark métal. Quand on voit les tenues, photos et ambiance ça va plutôt vers le black. Bon oui c’est pour chipoter, quoi qu’il en soit : c’est glauque et pas joyeux. Alors on prend tous un Prozac et en avant !

C’est un beau piano qui lance le titre éponyme « Antik », suivi d’un riff et une nappe de clavier très sympathique. Alors après pour moi ça se gâte… Le chant allemand qui fait effectivement black se mêle à une rythmique plus mid tempo, ça doit être ça le dark métal.
Imaginez Rammstein qui reprendrait Gorgoroth. Ou l’inverse. Malgré le côté peu mélodieux du chant on y trouve quand même un petit quelque chose d’accrocheur. La composition tiens la route, l’orchestration légère apporte un joli contraste. Surprenant mais pas mauvais. Il faut voir si ça tiendra la longueur.
On arrive à « Ijobs Botschaft » et son riff lent qui se fait, malgré lui, accélérer par la batterie. Le rythme est entrainant et le rendu ne fait pas si sombre que ça. Il n’y a que la voix qui apporte cette touche de noirceur. Les riffs ne sont pas complexes mais pourtant font bouger.
On se croirait un peu à Noel le temps de l’intro de « Die Blutgräfin ». Le morceau monte en vitesse sur le couplet puis ralenti par la suite, difficile de savoir où l’on va. On passe d’un couplet énervé, sombre, à un interlude lyrique calme sans trop voir ou sentir la transition.
« Gedenket der toten » est un peu semblable à la précédente dans l’émotion véhiculée. On a cette sensation de douce noirceur, très dur à expliquer avec des mots. Mais quand l’oreille se pose sur l’orchestration en fond, on accroche et le chant parait moins brutal.
« Die Mutter Die Ihr Kind Verlor » se lance avec un magnifique piano et une très belle mélodie. Le morceau va suivre la même recette mais beaucoup plus lent, plus triste voir plus oppressant. Pas mal grâce au piano du début mais le groupe est mieux dans des rythmes plus soutenus. Aussi tôt dit aussi tôt fait ! « Sturz Des Ikarus » déboule, plus violent que les autres pistes, histoire de nous réveiller un bon coup !
L’énorme « Kreuzigung » déboule dans un style « Cradle of filth », mais germain. Gros riffs, orchestrations, une bonne dose d’adrénaline, encore un gros bravo à la belle Lymania aux claviers, les orchestrations sont énormes.
« Hexe » démarre dans un pur style Rammstein… Un bon gros métal indus avant que vienne les blasts. Ce morceau est un condensé de brutalité jouissive !! De quoi passer de bonnes soirées !
«Des Menschen Kunst Blindheit Zu Säen » suit ses ainés : speed et brutal…assez efficace je dois dire. Et on termine avec « Kreuzritter » dans un bon gros black symphonique. Vraiment imaginez Cradle en allemand…un très bon moment : merci à l’orgue.

Ils ne partaient pas gagnant et pourtant ils ont vaincu !! NARCHTBLUT a le mérite d’avoir des compos percutantes, sombres certes, mais accrocheuses, si vous aimez le genre bien sur… Donc chers lecteurs, de mon côté, je prends mon Prozac et me le repasse !:)
 
Critique : SBM
Note : 7.5/10
Site du groupe : Site officiel du groupe
Vues : 5120 fois