Chronique

INCANTATION - VANQUISH IN VENGEANCE / Listenable Records 2012

Le death metal a commencé à résonner aux Etats-Unis il y a une vingtaine d’années avec des groupes comme Incantation, inspirés d’une formule bien simple : tu bourrines et tu beugles dans le micro et tant pis si personne ne comprend. Et si ce courant a attiré des groupes plus commerciaux en dérivant sur des notes plus mélodiques, justifiant d’ailleurs la création du genre black metal, Incantation a décidé de rester fidèle à sa musique, à dire merde au système et aux religions. Ils nous présentent donc « Vainquish in vengeance », leur 8ème album. Chaud devant !

Pas de pitié, pas de tendresse, « Invoked infinity » envoi directement ce que le groupe sait faire de mieux. Grunt grave, riff agressif, batterie à pleine vitesse et quelque ralentissement pour headbang à s’en faire perdre le cerveau. Le tout ne sonnerait pas si mal si le groupe ne s’était pas autorisé un riff dégueulasse digne d’un débutant de la guitare alcoolique.

« Ascend into the Eternal » mets une deuxième couche dans cette matière, dans ce genre de riff « verboten » ou « comment j’ai pu composer une daube pareil ». S’en suit fort heureusement un morceau bien travaillé sur les ambiances même si là aussi, le solo gâche un peu l’ouï. Mais le décor est planté, on a les glandes et on le cri à tue-tête. « Progeny of Tyranny » revient d’ailleurs à quelque chose de plus direct, de plus primaire avec des sonorités plus trashy. Plus lent que trashy, il y aura « Transcend into Absolution Dissolution » va nous tenir en haleine, et ce pendant près de 7 minutes. « Haruspex » et « Vainquinsh in Vengeance » nous replonge dans un death metal plus conventionnel, comme des classiques du genre, et au final jusqu’ici rien de nouveau sous le soleil.

La fin de l’album s’avère en revanche plus intéressante en reprenant des thèmes plus lents, plus lourds… menaçants. « Profound Loathing » lancera le thème qui sera fermé dans un des morceaux death les plus lugubre de l’histoire sur « Legion of Dis ». Mais difficile de rester dans la « vibe » 4 titres consécutifs mené, comme sur le début de l’album, par des riffs maladroit un peu trop téléphonés.

Au final, Incantation nous livre du bon death metal classique, très bien produit et bien burné. Mais il est dénué de surprise et doté d’une organisation qui ne facilite pas une écoute en continue. Une petite réorganisation personnalisé ou une lecture aléatoire et vous devriez passer un bon moment, mais il n’y aura pas de quoi écouter l’album en boucle, c’est certain.
 
Critique : Weska
Note : 5/10
Site du groupe :
Vues : 4836 fois