Chronique

DERDIAN - HUMAN RESET / Autoproduction 2014

Décidément les italiens de Derdian ne chôment pas. Un an après leur album Limbo, voilà qu’ils remettent le couvert pour leur cinquième album « Human Rest », et ce toujours avec la même équipe.

Sans grande surprise l’album débute avec une introduction ici nommée « Eclipse ». Épique et envolée, nous plongeant dans le titre éponyme « Human Reset » où le tout s’emballe pour entrer dans un speed mélodique épique. Mené par la voix d’Ivan Giannini, le morceau prend une bonne dimension et laisse présager du bon pour la suite des événements (nous parlons du chant plus tard). S’en suit « In everything » qui là encore sans grande surprise nous offre un bon titre de metal dans la veine de ce qu’on fait les italiens dans leurs albums précédents. La différence vient cette fois-ci de la production qui est plus travaillée et moins brouillon que sur le précédent opus. Un ensemble harmonisé qui rend ses lettres de noblesse à la musique du groupe. Ambiance un peu plus sombre et agressive pour « Mafia », avec une touche de prog metal et un Ivan qui pousse un cri avant que le tout ne plonge dans un mid tempo hargneux et mouvementé. Au tour du single et clip vidéo de retentir maintenant. « These rails will bleed » est vraiment efficace et puissant mais un peu court avec ses 2 :49 minutes comparé à la moyenne des autres titres tournant plus aux alentours des 4 – 5 minutes.

L’album continue son avancée le long de 12 morceaux au final (plus l’intro), alternant ces deux types de style de metal, à savoir le speed metal et les mid-tempos prog et sombres. Les enchaînements se font sans anicroches et nous font passer un bon moment où quelques titres sympas font la différence avec par exemple « Write your epitaph » qui débute avec un thème proche du jeu Street Fighter et qui s’enflamme par la suivante, donnant de bonnes sensations, la ballade « After the storm » qui se glisse au bon moment tout en ne cassant pas la dynamique du l’album. Sans oublier le final avec « My life back », un titre de six minutes qui débute en douceur et qui s’enflamme histoire de marquer ce point final avec une petite touche épique et racée.

Un des points négatifs de cet album viendra de la prononciation des paroles en anglais d’Ivan qui hache trop les syllabes et qui du coup choque. Ce qui est dommage vu ses capacités vocales.

Conclusion : un album bien sympathique (mais un peu long avec ses 65min) avec lequel Derdian continue son bout de chemin et qui ravira les fans du genre. Un peu plus d’originalité serait le bien venue histoire de ne pas sombrer dans une parodie d’eux même comme certains groupes le font.
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : Site de Derdian
Vues : 5006 fois