Chronique

JADED HEART - FIGHT THE SYSTEM / Fast Ball 2014

De retour pour leur onzième album intitulé « Fight the system », Jaded Heart continue son bout de chemin avec sérénité. Appuyé par Mario Lochert à la production (Masterplan, Emergency Gate), le combo teuton débarque avec son heavy rock histoire de se réchauffer en cette période automnale.

Nappe de clavier et voilà que le premier titre et single de l’album « Schizophrenic » débarque dans une ambiance épique et envolée où Johan se lâche littéralement parlant niveau chant. Un peu d’effet sur la voix et bim on pénètre dans un univers musical burné, certes déjà entendu mais qui marque le coup avec son entrée fracassante. Pour le second titre, histoire de marquer le coup, quoi de mieux que d’inviter Rick Altzi (Masterplan) au chant pour un « Control », qui il faut le dire aurait très bien pu figurer sur album de la bande à Grapow. Une petite pépite qui met la barre un peu plus haut et qui nous régale au passage. Tout en restant heavy, « Not in a million years » change un peu de style en s’orientant un peu plus vers du power metal scandinave, mais le tout avec un son bien germanique, un refrain envolé ; le tout pour une dynamique implacable. Plus posée, mais plus pêchue, « I lost my faith » se voit être un mid-tempo rock avec un refrain carré et chanteur taillé pour la scène. Changement de rythme maintenant avec « Nightmare’s over », plus rapide, plus agressif, où Johan continue d’exceller et au final nous offre un des meilleurs titres de l’album. Après ces déferlantes, un petit break ne fait pas de mal, et voilà « Never free » qui débute en douceur à la guitare et qui subitement s’enflamme et nous plonge dans un rock mélodique épique que la bande à Jeff Scott Soto ne renierai pas.

Retour maintenant dans le virile avec « Till death do us part », et par conséquent un retour dans du heavy rock direct et efficace, sans fioritures. Le tout se poursuit logiquement que « Terror in me » et son riff tranchant boosté par la voix de Johan, rauque et puissante. Une union qui fait mouche et qui au moment du refrain, avec son tempo ralentit et son ambiance plus agressive donnerons de bons frissons. Toujours aussi agressive mais posée, « Haunted » vient prolonger cette musique révoltée proposée depuis le début par le combo. Le tout s’emballe par la suite avec « Crying », plus rapide, plus mélodique, donnant un souffle supplémentaire à cette continuité musicale qui jusque là n’as pas eu de faux pas. Pour terminer cette album, le groupe nous plante « In the shadows »… non pas la reprise de The Rasmus (ndlr : dieu merci) mais toujours un titre heavy, dans la droite lignée du reste du disque.

Conclusion : un album qui s’écoute avec plaisir, du heavy rock teuton bien fait et sans fioritures, qui même s’il ne révolutionne rien, évite les clichés et montre que Jaded Heart à du potentiel.
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : Site de Jaded Heart
Vues : 5103 fois