Chronique

MURPHY - MURPHY / M & O Music 2021

On ne connaissait rien de Murphy avant de recevoir cet album mais à la vision de sa pochette avec cette maison hantée style « Amityville » perdue au fond des bois et ses croix renversées on se dit que la découverte risque d’être belle. On ne se trompe effectivement pas. Murphy semble très branché horreur et leur album annonce clairement la couleur avec tous ces samples horrifiques qui créent un climat pour le moins étrange. Le groupe évolue, comme on pourrait s’en douter, au croisement du metal et de la dark/synth-wave. C’est carré, efficace, super bien foutu et nul doute que les fans de Perturbator ou de Carpenter Brut vont s’y retrouver. Des titres comme « Panic at the Campus » invite à la danse, quand d’autres invitent à l’effroi.

Le groupe sait en outre parfaitement alterner les moments rentre dedans avec d’autres plus calmes ce qui les rend d’autant plus terrifiants : on pense notamment au titre qui conclut le disque, ce « I Will never Forget » sur lesquels les notes de piano se révèlent inquiétantes et menaçantes.

L’album pourrait bien être au final une sorte de bande originale de film horrifique imaginaire. « First Blood » qui ouvre l’album, « Bimbo Killer » ou « Don’t Leave the Group » nous rappellent l’atmosphère poisseuse de films comme « Maniacs » ou de celui des premiers Abel Ferrara. A cet égard le disque rempli avec une belle aisance le cahier des charges d’un album qui se veut angoissant. Il se révèle même être un disque un peu flippant à écouter la nuit dans une maison isolée.

Une belle réussite au final que cet album.
 
Critique : Pierre Arnaud
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 4879 fois