Chronique

RHAPSODY OF FIRE - GLORY FOR SALVATION / Afm Records 2021

Après un très bon et surprenant retour en force avec The Eighth Mountain, Alex Staropoli a su remettre Rhapsody Of Fire sur les rails avec sa nouvelle saga. Ce nouvel et second volet de ‘The Nephilim’s Empire saga’ intitulé « Glory For Salvation » est un peu l’épée de Damoclès du groupe: il faut qu’ Alex Staropoli prouve qu’il à de l’avenir devant lui et peut faire de cette nouvelle génération / nouveau line-up l’avenir du groupe musicalement parlant et aussi côté stabilité.

Présenté avec le single « I’ll be your hero » titre mitigé car rempli de clichés (cf chronique du EP portant le même nom) et de manque d’inspiration.
Première chose notable il n’y a pas d’intro et l’album attaque avec « Son of vengeance » sur lequel le travail vocal de Giacomo est une nouvelle fois bluffant, apportant toute la prestance nécessaire à cette embarquée épique et mélodique donnée par ce mid tempo chevaleresque où Roby Di Mitcheli démontre une nouvelle fois son talent de guitariste. Les présentations terminées, « Kingdom of ice » reprend les choses sérieuses et nous immerge dans une ambiance typée ‘Symphony Of Enchanted Lands part.2 » alternant ligne musicale harmonieuse, ambiance lourde et pesante, le tout agrémenté par un rythme captivant, reprenant tous les bons ingrédients qui ont fait du combo italien ce qu’il en est aujourd’hui. Le titre éponyme confirme qu’Alex Staropoli est bel et bien aux commandes avec un peu plus de claviers, mais malheureusement avec un son assez ‘coin coin’. Par contre, pas le temps de s’ennuyer car là encore c’est du power symphonique pur et dur, et bien ambiancé mais qui vient subitement se voir couper l’herbe sous les pieds avec « Eternal Snow », un interlude à la flûte (réalisé par Manuel Staropoli). Un moment narré proche de la voix de Dargor, mais qui nous rappelle terriblement à quelle point la prestance narrative de feu Sir Christopher Lee était ô combien prenante. Cet air de flûte sera aussi l’intro de « Terial The Hawk », autre single de l’album. Joyeux, folk et porteur faisant un bonne piqure de rappel à la grande période du groupe, mais il manque ce petit quelque chose au niveau des choeurs qui fait que ce n’est pas aussi grandiose / captivant.

« Maid of the secret sand » remet la locomotive en marche avec son rythme effréné qui se voit être ‘glorifié’ au moment du refrain, procurant un plaisir simple et efficace. Simplicité effacée avec « Abyss of Pain II » et ses quasi onze minutes. Pour rappel, « Abyss of Pain » est l’intro de The Eighth Mountain, le précédent album. Son grand frère ou grande soeur (comme vous voulez) est donc la version épique rallongée et plus détaillée de cette overture de la saga. Un titre comme on les aime avec cette formation (souvenez vous de titres comme The Dark tower of Abyss ou encore Gargoyles Angels of Darkness). « Infinitae Gloriae » par contre, même si ce titre est toujours épique, a une intro trop aseptisée mais qui heureusement décolle par la suite et remet le tout sur le droit chemin, toujours avec un Giacomo impeccable. « Magic Signs », la ballade de l’album, et aussi single, est une déception. Singulière, elle n’apporte rien si ce n’est d’être la traditionnelle ballade imposée dans le style qui là encore sera déclinée en trois versions (anglaise, italienne et espagnole) histoire d’avoir des bonus ici et là. Un coup commercial de trop pour ma part. L’album se termine sur « Chains of Destiny », certainement un des meilleurs titres, voire le meilleur, de cet ‘Glory For Salvation’. Du power metal symphonique de haute volée racé. En soit ce qu’on attend de Rhapsody Of Fire.

Ce second volet de la saga de The Nephilim’s Empire est dans la continuité musicale du premier chapitre. Mais cette fois-ci, même si on ne peut que constater le travail fait côté production avec les chœurs, les arrangements etc, force est de constater qu’il y a quand même des bémols comme par exemple avec le son du clavier qui est un peu irritant à force, et des titres qui manquent parfois d’ambitions et de nouveautés. Quoi qu’il en soit, ce disque fait son travail et satisfera les fans du groupe.
 
Critique : Lionel
Note : 7.5/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 141 fois