Chronique

HALIPHRON - PREY / Listenable Records 2023

Formé au tout début 2022 Haliphron compte en ses rangs des membres anciens et actifs d’Izegrim, God Dethroned et Bleedind Gods. On trouve ainsi dans cette formation hollandaise la chanteuse Marloes Voskuil, la bassiste Jessica Otten ou encore le guitariste Ramon Ploeg. Vu le style des groupes sus-cités on se doute qu’Haliphron ne va pas évoluer dans le registre metal mélodique. Le combo nous offre avec ce premier album un pur album de death mais puisque l’on est en Hollande il y incorpore une petite touche symphonique par ci par là. Que les amateurs de musique extrême se rassurent la touche ne se fait que par petits coups. On est loin ici des stars du metal sympho néerlendaises à la Epica ou Withhin Temptation. Les touches de sympho sont juste là pour aérer le propos car « Prey » est un disque ultra agressif et rentre dedans. Pour un premier album c’est ultra maitrisé ce qui n’étonnera personne lorsque l’on voit le CV long comme le bras des différents membres qui composent le groupe. Le talent de ses musiciens nous donne un disque extrêmement original car le death ici proposé n’est pas un death classique. Il y a certes tout au long de l’opus l’agressivité propre au genre mais Haliphron propose un death assez complexe. La complexité n’est pas que musicale mais également dans le concept du disque. « Prey » a ainsi été pensé comme un concept album autour du chasseur mais vu du prisme non seulement de celui-ci mais également de celui qui est chassé. Le travail artistique des hollandais s’inspire d’une créature mythologique des profondeurs les plus sombres de l’Océan. Un concept original et intéressant pour un premier album qui musicalement l’est tout autant.

« Prey » est une belle réussite. Nul doute qu’avec cet album Haliphron va vite se faire un nom sur la scène metal mondiale.
 
Critique : Pierre Arnaud
Note : 8/10
Site du groupe : Page Facebook du groupe
Vues : 388 fois