Chronique

MINISTRY – RIO GRAND BLOOD / 13th Planet – Underclass 2006

Tom Sawyer, c’est l’Amérique… Non là je parts en biberine. Tout ça pour vous dire que le groupe New yorkais Ministry arrive avec son treizième album. Encore une fois les américains partent en croisade contre la guerre et s’implique personnellement en dénonçant des abus politiques. Qui est visé ? Pas de surprise, c’est George W Bush. En plus il est bien mis en évidence sur la pochette : il est crucifié, on voit les bombardiers furtifs de l’U.S.A.F (US Air Force) survolant des champs d’activité pétrolière. Cela ne vous rappelle rien ? Pour moi oui. Pour le reste on va voir si cet album est mieux que leur ‘House of the molé’ sortit en 2004.
 
On attaque directement avec le titre track « Rio grande blood », qui d’ailleurs a comme intro: ‘and now a message from the president of the USA, George W Bush’. La guerre est annoncée, c’est parti. Le message de Bush se fait entendre avec des riffs de guitares et des applaudissements pour appuyer le tout et la musique s’emballe pour un rentrer dans un univers extrême. Ca déchire pas mal, mais je trouve la voix d’Al trop en retrait.
On continue avec « Senor Peligro » qui lui aussi ne lâche rien et arrive à deux cent à l’heure nous faisant headbanguer à tout va. Un bon cri, puis une sensation de hargne s’empare de nous avec la présence de la basse de Paul. Un titre qui pulse bien, et une musique qui s’affole quand le chant se pointe.
Qui est la malade ? Car ici c’est cas de « Gangreen » et ça déménage sévère. Un titre mid tempo stylé comme une élocution du président mais avec une basse déchirante et des guitares taquinées.
Explosion, et le titre « Fear (is big business) » s’annonce comme un grand. Ambiance effrayante et pesante of course  sur un rythme calme pour nous donner un maximum de sensations comme le titre l’annonce avant que le tempo accélère. Niveau chant, cela reste moyen : on dirait plus du hurlement qu’autre chose.
Petite dénonciation, je pense que c’est une nouvelle fois pour W. Bush avec ce « Lies lies lies ». Effectivement, c’est un message du gouvernement des Etats-Unis diffusé sur un fond de musique puissante et extrême. Niveau chant, Al se lâche complètement et pète un boulon. Un morceau direct et efficace qui nous fait sauter dans tous les sens.
Restons du côté du mal avec « The great satan » qui arrive avec une voix de femme puis ça part dans un speed extrême. Mark derrière sa batterie doit être fou où alors il consomme uniquement du Red Bull car là c’est hallucinant. Niveau voix, Al prend un ton plus ‘heavy’ ce qui est assez sympathique. Mon morceau préféré de l’album.
Acclamations et applaudissements de la foule avant un petit message et hop ça attaque fort sur « Yellow cake ». Al reprend sa voix rappeuse sur une musique 100% Ministry. Maintenant au tour de l’orient de se montrer avec « Palestina ». L’intro est assez bizarre quand soudain surgit la batterie de Mark. Une vraie tornade s’enclenche et se place dans nos oreilles.
Petit mot gentil à l’attention d’un certain président je suppose : « Ass clown ». Décidément le groupe est plein d’attentions envers W.Bush. Des bêlements de chèvres se font entendre puis, des bruits stridents, un présentateur radio avec un petit message. Une fois tout ça fini, c’est la déferlante : une pluie de nervosité intense comme sait le faire Ministry. Niveau chant, il y a trop d’effet et cela fait perdre de son charme (déjà que…).
Dernier morceau de l’album avec « Khyber Pass ». La batterie se fait entendre, puis une voix féminine très orientale se fait entendre. Le tempo s’emballe doucement mais sûrement histoire de nous exciter un peu plus, plus longtemps. Un mid tempo mélangeant le côté extrême du groupe et les influences orientales. Pourquoi pas ?!
 
Conclusion : un album qui est meilleur que le ‘House of the molé’ mais qui ne me marquera pas. Un seul titre se démarque vraiment. Pour le reste, c’est quand même un album très (trop ?) engagé politiquement…
 
Critique : Lionel
Note : 6/10
Site du groupe : site officiel de Ministry
Vues : 4858 fois