Chronique

SAINT AGNES - BLOODSUCKERS / Spinefarm Records 2023

Lorsque John Tufnell voit jouer en live Kitty Arabella Austen avec son groupe Lola Colt c’est le coup de foudre : il veut jouer avec elle. Après avoir composé quelques titres, ils décident de recruter Ben Chernett et Andy Head avant de se produire en public. Voici comment, en 2014, SAINT AGNES est né et voici ce que vous pouvez attendre de leur premier opus : « Bloodsuckers ».
Pour décrire le style, on se promène entre du néo metal, du rock et de l’indus, parfois Mansonien, parfois Kornien (j’aime bien inventer des mots). De quoi réveiller de bons souvenirs me direz vous !

On démarre de façon très intense avec le titre éponyme « Bloodsuckers » (qui vient avec un clip d’ ailleurs) qui balance tout dès le début ! Le riff puissant accompagné par l’impeccable interprétation de Kitty rendent superbement bien. Il m’a fallu une écoute pour me dérouiller mais dès la deuxième écoute c’est un régal. Toujours dans la même veine mais avec un petit côté malsain à la Manson « Animals » oscille entre calme et tourmente violente. Je suis scotché par la vocaliste ! Une vraie interprétation viscérale des titres et des ambiances changeantes. Les parties plus chantées de « I Mean Nothing To You » apportent un brin de douceur avec une vibe un peu plus punk-rock par moment.
« Outsiders » me rappelle vraiment l’ambiance Marilyn Manson, ce rock planant psychédélique mais tellement excellent dans ce cas de figure. Plus mid-tempo, moins violent, le titre est bon malgré quelques longueurs sur la répétition du refrain. Mais rien de grave, ne vous inquiétez pas. Petit moment de calme très appréciable (et mérité) avec « This Is Not The End », très mélancolique, triste et beau. Au risque de me répéter, la voix de Kitty Arabella Austen est superbe dans chaque registre abordé et ses interprétations sont envoûtantes. Quel morceau.
Retour au rock énervé avec « Follow You » puissant et efficace. J’imagine sans mal ces titres en live et ça devrait envoyer du très très lourd ! Musicalement pas vraiment complexe mais très bien agencé, les titres sont faits pour taper fort ! Tout comme « I Am » qui ne change pas la formule.
« At War With Myself » est intéressant dans sa structure car le morceau va continuellement crescendo. On sent que ça va mettre une claque à un moment et quelque part on se délecte de la dite claque ! L’interprétation schizophrénique à deux voix est excellente ! « Middle Finger » est un titre qui explosera assurément tout en live ! Pas de surprises avec un nom comme ça ! Avec une moyenne de trois minutes et demi au compteur les titres ne sont pas là pour vous balader. « Body Bag » (avec Mimi Barks) balance tout en moins de deux minutes ! Assez jouissif dans le genre parpaing dans la tronche !
On termine avec un morceau un poil plus long et plus raffiné, plus travaillé, « Forever and Ever » qui cristallise tout le talent, l’énergie, la folie de ce groupe. Génial !

Alors ça pour une surprise !! Déjà avec le clip je me suis dis qu’il y avait du potentiel et ça se confirme tout au long de cet album. J’ai vraiment découvert un groupe qui sort des codes actuels et qui délivre une énergie démentielle grâce à des riffs efficace et une interprétation magnifique ! A vraiment écouter sans modération!
 
Critique : SBM
Note : 8.5/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 5661 fois