Chronique

TEMIC - TERROR MANAGEMENT THEORY / Season Of Mist 2023

Voici l’arrivée d’un super groupe de métal progressif composé de Fredrik Bergersen (Maraton, 22) au chant, d’Eric Gillette (The Neal Morse Band, Mike Portnoy’s Shattered Fortress) aux guitares, de Simen Sandnes (Shining, Arkentype) à la batterie et de Diego Tejeida (Devin Townsend, Mike Portnoy’s Shattered Fortress, ex-Haken) pour les claviers. Du sacré beau monde réuni pour créer de la musique ensemble et sur le long terme, avec une identité propre. Alors que vaut ce premier effort au potentiel certain ?

Nous découvrons se méfait avec “TMT” et son piano ambiant presque étouffé. Puis des sonorités électros, style machines, prennent le relais avant un “Through The Sands Of Time” qui permet de découvrir le visage du groupe. Celui-ci évolue dans un Métal Prog moderne, tout comme le chant qui n’est pas haut perché comme on en a l’habitude. Une entrée en matière fort convaincante qui démontre l’énorme potentiel du groupe ainsi qu’une belle osmose. “Falling Away” arrive dans un moment planant qui est entre coupé par des moments plus rentre dedans mais d’une subtile mélodie surtout portée par un Fredrik Bergersen très en voix ! Un sublime titre qui me laisse muet ! On retrouve plus de rythme avec des riffs bien lourds pour ce “Count Your Losses”. Il est génial de trouver une personnalité déjà bien établie pour un premier album, l’expérience de nos musiciens (surtout avec les concerts du Mike Portnoy’s Shattered Fortress) y étant surement pour beaucoup. On ne lâche rien avec un “Skeletons” à l’ambiance menaçante. Une fois de plus la musique que propose le groupe est riche, percutante et chaque musicien peut se mettre en avant sans prouesses individuelles stériles. “Acts Of Violence” pourrait faire penser à Leprous tant le début est proche de ce que le groupe Norvegien propose. La suite plus métal n’en reste pas moins aérienne dans un certain sens. À nouveau Fredrik explose et montre qu’il est parfaitement le bon choix derrière le micro ! Pour “Friendly Fire”, on est dans du pur prog à la Dream Theater. Une instrumentale très cherchée qui fait la part belle aux mélodies. Un petit “Paradigm” pour continuer ? Et bien le voilà tout beau tout chaud. Un autre moment prenant de cet album qui n’en manque pas. Une belle pièce musicale que voilà. Le rythme revient avec un “Once More” qui me fait penser à du Fate Warning. Un super moment qui balance bien et semble plus accessible. Ça fait un grand bien par là où ça passe. On termine avec “Mothallah”, une grande pièce épique qui clôt à merveille cet opus. Un titre vibrant et prenant au refrain majestueux.

Conclusion : pour son 1er album Temic aura frappé un grand coup. Une personnalité bien établie, une musique riche et dans l’air du temps, des musiciens en osmose et voilà comment trouver un nouvel espoir et un groupe à suivre !!!
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe :
Vues : 131 fois