Chronique

ALESTORM - VOYAGE OF THE DEAD MARAUDER / Napalm Records 2024

Après un dernier album sympathique mais pas révolutionnaire, nos joyeux lurons d’ALESTORM ont eu quelques déboires médiatiques (dont nous ne parlerons pas, car ici c’est la musique avant tout). Après une période de calme, les voilà qui reviennent avec un EP dont l’extrait était quand même alléchant. Je m’en vais vous narrer tout cela !
« Voyage Od The Dead Marauder » se lance donc sur le titre éponyme et accueille en guest Patty Gurdy au chant et au hurdy gurdy. Entre parenthèse sa constante présence dans les derniers lives laisserait-il présager une place constante ? L’avenir le dira .

Toujours est-il que ce titre est un hot en puissance. La mélodie de cet instrument si atypique apporte vraiment quelque chose, mais c’est surtout la voix et les lignes de chant de la demoiselle qui transcendent le titre. Le refrain est exquis et les parties musicales s’emboîtent à la perfection. Un hit comme Alestorm sait en faire, et le chant féminin serait peut-être ce qu’il manque au groupe. Rappelons nous que le titre « Zombies Ate My Pirate Ship » était génial !
En bref je suis absolument conquis ! « Uzbekistan » rentre dans une veine plus classique du groupe. Du violon, du growl, du chant typé « Yo oh oh », la recette ne change pas vraiment mais force est de constater qu’elle marche toujours autant, même après tout ce temps. Le break électro est surprenant et puissant, ça claque bien !
Après on passe dans un registre plus « débile » (ce qui est classique chez le groupe) avec « The Last Saskatchewan Pirate », semi acoustique et quelque part assez typé Dropkick Murphys, sauf que ça parle d’histoire de pirates ! Parfait pour l’apéro rhum de l’été avec les copains !
Les deux derniers titres sont très courts (trois minutes au total pour les deux) « Sea Shanty 2 » est guilleret avec un semblant de sonorités d’une bonne vieille console 8 bits. L’accordéon est sympa, ça s’écoute avec joie et franchement ? Ça fait du bien. « Cock » est plus speed et direct mais en soi n’apporte pas grand-chose.

Je ne suis pas vraiment fan des EPs car il est facile d’écrire deux bons titres et de faire du filer sans âme. Sur les cinq titres on a un excellent (qui mérite largement l’EP) et deux titres très sympas. Le reste c’est du remplissage. MAIS la qualité du titre éponyme me laisse présager de bonnes choses pour l’avenir du groupe car la demoiselle est sûrement la plus belle bouffée d’air depuis l’arrivée d’Elliot et son growl. Tout ceci est assez encourageant !
 
Critique : SBM
Note : 8/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 128 fois