Chronique

NIGHTWISH – NEMO versions 1 & 2 / Nuclear Blast 2004

Nightwish et son nouvel album. Que d’histoires. Pour le présenter rien de tel qu’un petit single, juste pour créer une mise en bouche pour les fans. Que né ni ! Qui a parlé d’une mise en bouche ? Et oui, vous l’aurez compris, marketing oblige, ce n’est pas un single mais trois versions d’un single qui sort à la vente avant l’album « ONCE » . Et oui, il y a la version classique dite Jewel CD Box avec les titres Nemo – Planet Hell – White Night Fantasy (non album track) + des photos en multimédia. Il y a la version collector digipack avec Nemo – Live To Tell The Tale (non album track) – Nemo orchestral version & Nemo (le clip video). La troisième version est une édition limitée a 2000ex uniquement disponible sur le site de NuclearBlast.de , un beau vinyle regroupant les deux versions du single. Vive les vaches à lait. Mais comme on dit, quand on aime ne compte pas. Voyons voir si cette mise en bouche sera bonne, car le « Century Child » m’avait laissé de marbre.
« Nemo » attaque avec une bonne intro synthé (tiens, c’est pas Tuomas qui compose par hasard ?) pour arriver sur la magnifique voix lyrique de Tarja, les orchestrations sont magnifiques, l’ambiance sombre et magique. Le passage violon/chœurs est fabuleux, un solo guitare pour une fois, et uniquement Tarja au chant, ce qui est bien.
Intro synthé (encore) pour « Live To Tell The Tale » , mais une intro vraiment magique, joyeuse et entraînante, très musique de film. Une fois de plus Tarja excelle, sans oublier la team guitare/basse et la batterie. L’esprit de ce morceau est vraiment magique, un autre solo guitare joué de main de maître par Emppu. Passage capella pour notre chanteuse, pour repartir sur des passages mélodieux de toute beauté.
« Nemo – orchestral version » vous l’aurez compris est tout simplement ENORME ! L’orchestre fait de ce morceau une bombe, la voix de Tarja est… hallucinante. Le tout se résume par une belle et grosse chaire de poule.
Avec « Planet Hell » on arrive dans un registre tout aussi symphonique mais carrément plus agressif, plus péchu, plus sombre. Le chant colle avec l’esprit du morceau : la lead voice n’est pas Tarja mais Marco Hietala (basse) qui a déjà chanté dans l’album Century Child, chant bien lourd pour ce titre énergique, une bombe à jouer sur scène. Une compo entre black et power metal. Les chœurs sont d’enfers et Tarja, impeccable comme à son habitude.
« White Night Fantasy » revient dans un registre beaucoup plus calme, voire même attendrissant. Le synthé est omni présent, on a l’impression que Tarja, avec le ton de sa voix est une petite fille de 10ans. Le passage guitare sèche est fabuleux. Encore un gros morceau.
Conclusion :
Un single à acheter sans hésiter, surtout la version collector digipack qui comprend les meilleurs titres à mon goût. En cas d’hésitation, faites comme moi, achetez les trois versions et le dilemme sera clos !
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : Site officiel de Nightwish
Vues : 4835 fois