Chronique

AXXIS - DOOM OF DESTINY / Afm Records 2007

Depuis leur album ‘Time Machine’, Axxis ne cesse de percer en France, et c’est fort agréable. Sur scène c’est le feu, et sur album aussi. Leur dernier (avant dernier maintenant) opus « Paradise In flames » avait réussi à rallier plusieurs nouveaux fans à leur cause. Maintenant, il faut la confirmation pour la scène française qui reste très rude au niveau des appréciations.

Comme à son accoutumée, le groupe ne dérogera pas à la règle : une intro et après le titre speed. Aussi, voilà « Voices of destiny » qui arrive avec les violons et un trombone. On n’oublie pas les chœurs dans cette ambiance sombre mais très porteuse. Après cette petite douceur bien agréable on attaque avec le title track « Doom of destiny ». Et là, c’est la baffe. Le combo est en pleine forme. Méchant riff d’ouverture et André (Silent Force) se lâche à la batterie. Pour le reste, et bien pas de surprise, si ce n’est que le groupe continue dans la même et bonne lignée musicale qui leur est si unique : du metal racé et envoutant avec le timbre si particulier de Bernhard.
On poursuit avec « Better fate » bien puissant avec des chœurs féminins. Un petit duo avec une femme, ce qui donne une nouvelle dimension à la chanson qui pulse bien dans son ambiance lourde et dynamique. « Bloodangel » arrive comme un jeu vidéo de combat (niveau musical), et le duel attaque entre les guitares et la basse. Des breaks à la batterie, une bonne nappe de synthé, un chant bien bon, voilà la sauce du morceau que l’on digère avec aisance.

« I hear you cry » se présente de façon plus mélodique que les titres précédents mais garde toujours cette même pêche porteuse qui fait que nous ne décrochons pas un instant de ce mid tempo. On calme le jeu avec un morceau en acoustique comme sait si bien le faire Axxis (ndlr : Julia / Heaven in black sur le Collection of Power). Et ce « The fire still burns » est une réussite : très mélodique et très joli. Un morceau bien apaisant.

Le titre suivant, « Father, father » démarre au piano et avec délicatesse. Mais on s’en doute, le tout s’emballe pour un morceau racé, rapide et endiablé avec une double bien pétante et un fond de synthé embellissant l’ensemble ; sans négliger le côté heavy de la musique. Nouvelle intro au synthé mais un peu plus agressive et aussi appuyée par la guitare pour ce « Revolutions ». Le titre un fou, mélangeant folk et power metal, me faisant penser à du Blondie (album No Exit) au moment des couplets.
Chant féminin, guitare acoustique et ça repart des plus belles avec Bernhard sur « She got nine lifes ». Que dire si ce n’est une nouvelle fois que le titre fait que l’on ne peut rester statique, c’est impossible. Si on ne chante pas avec, on bouge obligatoirement ! Le refrain est simple, mais fait chanter tout le monde de par son entrain et son texte.

Arrivée plus heavy avec disto pour « Devellish Belle », suivi d’un passage un poil plus posé. Un morceau bien rock avec de bons riffs efficaces. Pour finir, « Astoria » arrive de façon guerrière, avec un chant de battant. Le reste de la troupe suit sans hésitation et sans problèmes l’avancée musicale qui déchire le silence. Un très bon final !

Conclusion : Axxis pour offre la un album de haute volée qui reste dans la continuité de leurs œuvres et qui confirmera une bonne fois pour toute leur place dans la scène metal pour nous, français. Car il faut le dire, Axxis a bien percé dans les autres pays depuis de nombreuses années, et ils le méritent ! Un album à posséder et un groupe à voir sur scène impérativement car ils valent le détour rien qu’avec leur jeu de scène et leur gentillesse !
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : Site officiel de AXXIS
Vues : 5019 fois