Chronique

JIMI JAMISON - CROSSROAD MOMENT / Frontiers Records 2008

Ce nom peut ne rien vous dire, mais sa voix est loin de vous être inconnue. Ah bon ? Si je vous donne des chansons comme « Burning Heart » ou encore « Eye of the tiger ». Vous me direz Rocky pour les films, mais surtout Survivor pour le groupe. Tout le monde connait ces hymnes et la voix de ces chansons se nomme Jimi Jamison. Ayant quitté le groupe après l’album Reach de Survivor sortit en 2006 (chroniqué sur le webzine), Jimi se lance dans sa carrière solo en collaboration un certain Jim Peterik (Pride of Lions / ex Survivor).

Il faut savoir que l’album a été demandé par Serafino, grand manitou de Frontiers Records…. Aussi, un peu de méfiance quand au résultat de rock mélodique se place en moi.

Et bien vous pourrez dire que cette fois ci j’ai été mauvaise langue, car cet album est une belle surprise. En effet, si vous vous attendiez comme moi à avoir du rock mélodique plus mélodique que rock et bien vous voilà le nez dans le potage et les pieds dans la boue. Comme quoi, le proverbe dit bien vrai : les apparences sont parfois trompeuses.

A travers cet album, vous retrouverez bien évidemment toute la magie de Survivor sur des morceaux calmes comme « Can’t look away », « Lost » ou encore « As is ». D’un autre côté vous pourrez opter pour des titres bien plus percutants rappelant tout le bonheur que nous procurait (et procure toujours d’ailleurs) Survivor avec des chansons comme « Love the world away », « Behind the music » ou « Friends we never met ». Un bon mélange et retour dans les années 80.

Niveau final, nous avons droit à un sacré digestif. Une chanson « When rock was king » et toute une flopée de chanteurs… et bien évidemment, pas n’importe lesquels. Je vous les cite : Jimi Jamison, Jim Peterik, Don Barnes (38 Special), Mike Reno (Loverboy), Mickey Thomas (Starship), Dave Bicker (premier chanteur de Survivor) et Joe Lynn Turner (Rainbow). Ce morceau dure presque 7 minutes et vous procure une patate du tonnerre. Un hymne mélangeant rock, mélodies et bonne humeur.

Conclusion : Jimi Jamison pour son premier album nous propose là un bon disque dynamique, dans la veine et la suite du travail de Survivor. Le seul défaut, il en faut un bien évidemment, vient de la batterie. Le son est par terrible, on dirait presque une boite à rythme. Mais bon, dans l’ensemble tout glisse bien.

Track liste : Battersea / Can’t look away / Make me a believer / Crossroads moment / Bittersweet / Behind the music / Lost / Love the world away / She’s nothing to me / As is / ‘Til the morning comes / That’s why I sing / Friends we never met / When rock was king / Alive (bonus track)
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Vues : 5167 fois