Interview

21OCTAYNE (2015 - Version Française) - Alex Landenburg (batterie)

Hello “Dear Friend”!
Comment vas-tu ? Je suis trés content de pouvoir faire une nouvelle interview avec toi pour 21Octayne.


A: Salut Lionel! Je suis content aussi de discuter une nouvelle fosi avec toi, c’est toujours un plaisir!

Aller, commençons cette interview, et tout d’abord nous allons faire un retour rapide dans le passé en parlant de “Into The Open”, votre premier album sortit l’année dernière. Comme nous en avions déjà parlé, les retours avaient été incroyables et vous avez fait une grosse promotion pour sa sortie et en même temps vous avez quand même trouvé le temps d’écrire ce nouvel album. Vous n’arrêtez pas !

A: Notre planning a été bien rempli en effet. C’est surtout que l’alchimie qu’il y a eu pendant les sessions d’écriture a été tellement bonne et si fructueuse quand sa fin il nous a seulement fallu seulement cinq sessions pour écrire cet album. Bien entendu il fallait toujours l’enregistrer, le mixer et tout ce qui va avec, mais oui, le tout est venu très rapidement.
Quoi qu’il en soit, nous voulions montrer que nous faisions quelque chose de sérieux avec ce groupe, et il était donc important de ne pas laisser trop de temps entre la sortie des albums.

Entre ces deux albums, nous constatons qu’Andrew ne fait plus partie du groupe. Que s’est-il passé ?! Car il était un des membres fondateurs…

A: C’est principalement pour des raisons personnelles. Quasiment aucun problème d’ordre musical n’est en cause dans ce cas. La tension entre lui-même et les autres membres du groupe grossissait et nous étions arrivés à un point où nous ne pouvions plus supporter cette ambiance plus longtemps.

En comparaison avec le premier album de 21O, vous avez nommé cet album 2.0. Pourquoi avez-vous fait ce choix, et non pas pris un titre de l’album ? Tout comme la pochette qui est plus basique que celle de « Into The Open ».

A:Une nouvelle fois, c’était une sorte de déclaration. Le deuxièmre album devait être une sorte de ‘mise à jour’ du premier. Plus pour un peu tout en fait. Plus de choses accessibles, plus de progressif, plus de groove et plus de technique. Je pense que le plus donne du plus après tout (rires). C’est la raison pour laquelle nous avons choisi cette idée de 2.0.
L’idée principale était aussi de ne pas nous répéter, qu’aucune chanson ne sonne comme celles de Into The Open, et il a été naturel de changer aussi le style de la pochette.
La tête, avec deux différentes couches, symbolise la dualité. La vie est remplie de dualité ; en fait la plus part des choses sont définies car elles ont toutes un opposé clairement prononcé. Et cela colle avec notre musique, car nous avons aussi cette dualité.

J’ai pour habitude de regarder régulièrement vos news, et nous pouvons voir que l’activité promotionnelle de 2.0 est très soutenue, allant des shows télévisés à la radio, en passant par les magazines, webzines et des concerts spéciaux comme celui pour la sortie de l’album.

A: Oui, la promotion est sans aucun doute vitale. Tous les mois il y a des centaines de sorties et il faut sortir du lot, se montrer, et ce plus particulièrement pour un jeune groupe. Il faut être sur d’utiliser tous les canaux possibles. Le fait que les radios grand public diffusent notre musique est aussi quelque chose de fantastique !

Vous avez réalisé deux singles pour promouvoir l’album. Le premier était « Devil in disguise », titre rock puissant fait sous forme de vidéo sous titrée ; et le second est « When you go », un très joli clip vidéo avec ces deux charmant enfants qui jouent d’une très belle manière et représentant cet esprit power pop qu’à la chanson. Deux facettes de votre musique au final.

A: Ce qui nous ramène à ce que je te disais: la dualité. Nous avons fait la même chose avec Into The Open. On avait ce single plus rock qu’est « The Heart (save me) » et il était très important pour nous de montrer un autre facette de notre musique avec le deuxième single « Dear Friend ».

En écoutant votre musique, en lisant tous ces retours formidable, je me demande comment votre label ou votre manager gère ça. Je veux dire, avez-vous reçu de meilleures offres d’autres labels par exemple?

A: Il y a eu un très gros intérêt pour le groupe dans le milieu musical et ce depuis le début. Mais pour nous, il a été très naturel de nous tourner vers AFM. Marco et moi-même avons eu de très bonnes expériences avec beaucoup de groupes présents sur ce label. Il faut beaucoup de confiance pour donner ta musique à des personnes et après de travailler avec ces dernières. Aussi le facteur personnel a été primordial pour nous dans ce cas là.

Il y a une chanson “Take me away” qui inclue différents styles de musique comme le rock, la pop ou même des passages psychédéliques à la Genesis ou encore Pink Floyd. Peux-tu nous donner un peu plus d’informations sur ce titre s’il te plait ?

A: c’est un de mes titres préféré de l’album. C’est cool que tu entendes du Genesis dans ce titre car Marco et moi-même sommes de grands fans, peut même plus lui que moi.
LA chanson a été écrite après un jam de deux heures. Les gens pensent que les versets et les chorus ont différents tempos dans cette chanson, mais en fait, c’est le même tempo. Ce que nous avons fait ici est une ‘modulation métrique’. Dans ce cas nous prenons les triples noires et nous prétendons qu’il y a une nouvelle triplette donnée sur le chorus. C’est quelque chose que tu entends régulièrement avec Dream Theater par exemple.

Votre album se termine avec une sorte de chanson épique nommée ‘Tale Of A Broken child’, qui dure quasiment dix minutes. Elle me donne la chaire de poule à chaque fois que je l’écoute. Quel superbe travail !

A: Merci beaucoup mon ami! Une autre de mes chansons préférées. On a eu cette idée de faire une chanson plus longue, plus épique dans cet album, mais ce n’est pas avant la fin des sessions d’écriture que nous avons réalisé que nous pouvions mariés deux idées en un seul titre ; ce qui a donné au final la chanson qu’elle est maintenant. Nous avons ajoutés des sections instrumentales, et plus particulièrement une un peu plus jazzy, et c’est principalement tout sur ce morceau. Je pense que sa beauté vient du fait qu’on ne la ressent pas comme une chanson longue. Ce n’est pas lassant, ou du moins je l’espère.

Une venue en France bientôt?

A: Nous sommes vraiment impatients de venir jouer en France. Nous espérons une tournée pour 2.0 très prochainement. A ce moment de notre carrière en temps que groupe il est préférable d’ouvrir pour un groupe plus gros, aussi nous sommes à la recherche bu bon actuellement.

Il est maintenant temps de parler de parler un peu de toi Alex. Tu es quelqu’un de très occupé, qui court entre 21Octayne, tes cours de batterie et bien entendu avec Luca Turilli’s Rhapsody avec qui tu seras en tournée l’année prochaine. Comment gères tu toutes ces activités, et bien entendu ta vie privée, car tu es aussi impliqué dans le projet musical d’Elina (Laveira – sa petite amie).

A: J’aimerai pouvoir te dire quelque chose de bien maintenant, mais la vérité est que j’essaye juste de me concentrer sur ce qui me vient à chaque moment. C’est aussi quelque chose que j’essaye de faire dans vie privée et cela vient d’une leçon du grand bouddhiste anglais nommé Ajan Brahm. Quand tu lui demande qui est la personne la plus importante dans le monde, il te répond « toujours celui qui est en face de toi, celui dont tu t’occupe à tout moment ». Ce qui signifie tout simplement que si tu donnes ton attention à quelqu’un ou quelque chose ne le fait pas à moitié. Fait le pour de bon, ou ne le fait pas.

Nous arrivons à la fin de cette interview. Merci à toi d’avoir pris le temps de répondre à mes questions une nouvelles fois et à très bientôt mon ami !

A : Une nouvelle fois, merci à toi pour cette interview et pour toutes les belles choses que tu as dites sur notre musique. Merci mon ami !
 
Critique : Lionel
Vues : 1867 fois