Interview

WELCOME X (2021) - Sam Kün (Chant)

Deux ans après leur premier album Welcome X nous reviennent avec ce Vol 2 tout aussi bon que leur premier opus, entre jazz, metal et prog. Entretien avec le chanteur du groupe Sam Kün.

« Comment avez-vous pensé ce nouvel album par rapport au premier ? »


« On l’a pensé dans la continuité de celui-ci. On avait des morceaux qui existaient déjà et que l’on jouait en live. Il y a eu un petit changement de line-up mais cela n’a pas eu d’incidence sur l’enregistrement du disque. On a en plus eu la chance de ne pas être impacté par l’épidémie de Covid car les morceaux existaient déjà avant que celle-ci n’arrive. »

« Je trouve l’album plus jazz et prog et moins metal que le premier. »

« C’est marrant parce que des gens le trouvent plus metal. Notre méthode de travail est toujours la même. Ce qui change peut-être par rapport au premier c’est que ce disque est plus ouvert, plus aéré. »

« Votre style se situe entre jazz, prog et metal. C’est ce que vous écoutez le plus ? »

« Les différents membres du groupe viennent d’horizons musicaux différents. Notre guitariste est très blues, Thomas très metal extrême. L’influence prog est là, forcément. Nous aimons aussi le grunge 90’s de Soundgarden ou d’Alice In Chains. En fait, on ne se pose pas trop de questions. »

« Vous semblez très influencé jazz. »

« Je travaillais dans un bar jazz/blues. J’écoutais donc du jazz mais par obligation. Cette musique est considérée élitiste mais elle ne l’est pas. Je peux écouter Coltrane comme Cannibal Corpse. J’aime bien l’éclectisme des pays scandinaves pour cela. Les mecs peuvent être d’excellents musiciens et écouter du death comme du classique. »

« Il y a pas mal de longs morceaux dans l’album. »

« Il y a plusieurs titres que l’on a étiré au maximum. Les morceaux sont souvent créés autour d’un riff. Tout est écrit. Il n’y a aucune impro. Nos titres sont très structurés. Ils paraissent libres mais comme je le disais tout à l’heure tout est écrit au préalable. »

« Vous n’improvisez jamais ? »

« Cela peut arriver. A la base tout morceau vient d’une improvisation. Chez nous les morceaux sont écrits, rien n’est laissé au hasard. Dans ce disque tout a été pensé, de la moindre note jusqu’à la place des violoncelles. Notre musique exige une certaine rigueur ce qui ne nous empêche pas de nous amuser. »

« Vous avez enregistré l’album au Triton aux Lilas ? »

« Tout à fait. C’est notre lieu de résidence et notre label. Ils nous font confiance depuis le départ. C’est comme notre seconde maison. L’album a été enregistré là-bas en six jours. On l’a enregistré au Triton avant le confinement. On était entre nous. C’était parfait pour bien travailler. »

« Il y a deux titres dans le disque, « Everesting Light Prelude » et « Scent of Sakura » qui sont comme des coupures à l’intérieur de celui-ci. »

« Ils sont comme des respirations dans le disque. L’album débute par deux titres très bruts donc on voulait qu’il y ait cette coupure par la suite avec ces deux morceaux contemplatifs. »

« Scent of Sakura » est totalement prog. On pense parfois à King Crimson en vous écoutant. »

« Effectivement il l’est. On se laisse porter par la musique. King Crimson, forcément. Mais c’est une influence digérée. Nous n’y pensons jamais. »

« Il y avait une grosse influence Tool sur le premier. Un peu moins sur celui-ci. »

« On aime beaucoup Tool mais on ne pense jamais à ce groupe comme une possible influence. Notre groupe de référence c’est Black Sabbath. »

« Vous semblez être très ouvert musicalement. »

« C’est vrai. Il y a des groupes qui le sont dans le metal ; Meshuggah, Opeth par exemple. Ce sont des groupes un peu à part. »

« Vous venez de rejouer live. Comment était-ce ? »

« On a rejoué deux fois récemment, à Paris le 2 Juillet puis à Pau le lendemain. Nous n’avions plus donné de concert depuis un an et demi. Cela a été une période dure à vivre car nous sommes des musiciens de scène. »

« L’album a été super bien accueilli par les médias. »

« Oui tant par la presse metal que par la presse jazz. Jazz magazine, par exemple, a beaucoup aimé l’album. »

« Vous avez repoussé la sortie de l’album ? »

« Oui parce que nous ne pouvions pas le défendre en live. »

« Vous pensez déjà à un futur album ? »

« Oui on a d’ailleurs déjà quelques morceaux écrits. Nous sommes un groupe très productif. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 1608 fois