Interview

THE STRANGLERS (2021) - Jean Jacques Burnel

Quarante cinq ans après leurs débuts les Stranglers montrent qu’ils n’ont rien perdu de leur mordant. « Dark Matters » est l’un des meilleurs disques de leur longue carrière et un bel hommage à Dave Greenfield, leur claviériste disparu l’an dernier. Entretien avec l’élégant Jean-Jacques Burnel.

« Cet album est votre premier depuis « Giants » en 2012. Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps pour avoir droit à un nouvel album des Stranglers ? »


« Parce qu’il y avait une demande mondiale pour faire des concerts. Avant le confinement nous avons fait trois fois le tour du monde. Nous étions très occupés. J’avais des tonnes d’idées mais nous n’avions pas le temps pour enregistrer un album. »

« Ce sera le dernier avec Dave (Ndlr Dave Greenfield, claviériste et membre fondateur du groupe mort du Covid l’an dernier). J’imagine que c’est un disque vraiment particulier pour toi. »

«Ca l’est pour de nombreuses raisons. On avait fait la plupart des titres du disque avec lui, huit au total. Sa disparition a été un choc. Ma mission a été dès lors de finir ce disque. J’ai enregistré trois autres morceaux dans mon studio du Sud de la France. Quelques semaines après la disparition de Dave, mon agent m’a appelé pour me dire que l’on vendait encore plus de disques qu’avant. J’étais dans un état de grande confusion. Dave me manque énormément. C’était mon complice de toujours. J’avais de good vibes avec lui. »

« Après sa disparation as-tu pensé que ce serait la fin des Stranglers ? »

« J’ai pensé qu’il fallait terminer le disque. Le sortir, faire les concerts prévus. Après je ne sais pas. »

« Quand on écoute le son d’orgue dans les Stranglers on se dit que l’idole de Dave devait être Ray Manzarek des Doors. »

« Et bien non. Son idole était Jon Lord de Deep Purple. Cela peut paraitre dingue mais Dave ne connaissait pas les Doors. Moi j’aimais beaucoup les Doors. C’est vrai que le son d’orgue sur notre reprise de « Walk on By » notamment fait très Doors mais nous ne nous en rendions pas compte à l’époque. »

« J’imagine que « Down » a été écrit pour exprimer ton état à la disparition de Dave ? »

« Non. J’avais écrit ce morceau avant. C’est une célébration de ma copine. Mais c’est bien que tu l’interprètes ainsi. On peut d’ailleurs interpréter ce titre de différentes façons. »

« And if you should see Dave » le premier single tiré de l’album a été numéro un en Angleterre. C’est votre second numéro un. »

« Non, le premier. Et c’est bien que ce soit avec ce titre car il y a de nombreuses références à Dave dans la vidéo. »

« Golden Brown » en son temps n’avait pas été numéro un ? »

« Non. Numéro deux. Nous avions été barrés par les Jam et Kraftwerk à l’époque. »

« Tu as dit du nouvel album qu’il était l’un de tes préférés du groupe. Pour quelles raisons ? »

« Il n’y a pas un morceau faible, pas le moindre titre qui m’ennuie. On verra avec le temps s’il vieillit bien. »

« L’album est encore une fois produit par Louie Nicastro. »

« C’est notre copain. Il habite juste à côté de notre studio. C’est notre ingé son depuis vingt ans. C’est facile de travailler avec lui. Il a plein de bonnes idées et le travail en studio avec lui est facile. »

« Tout l’album a été fait dans votre studio ? »

« 99%. Et le reste chez moi dans le Var. J’ai écrit deux morceaux à la maison. »

« Imaginais-tu à vos débuts que vous seriez encore là quarante-cinq ans plus tard ? »

« Absolument pas. A l’époque on trouvait que les Stones qui avaient 15 ans de carrière étaient alors de vieux schnocks. Pour nous passer 30 ans tu étais un vieux. »

« Comment vois-tu avec le recul les années punk ? »

« Il y avait beaucoup de mesquinerie et un peu d’hypocrisie. Il m’était impossible à l’époque de dire que je fumais des joints et écoutais les Doors. Tu ne pouvais pas, comme c’était le cas chez les Stranglers jouer sur des synthés. »

« Il y a toujours eu un lien très fort entre les Stranglers et la France. Comment l’expliques-tu ? »

« Déjà parce que je ne nous ai jamais considéré comme un groupe britannique mais comme un groupe franco-anglais. Je trouve ridicule le fait que l’Angleterre ait quitté l’Europe. Le Brexit est une aberration. Mais ne me lance pas sur le sujet je pourrais t’en parler des heures. »

« En France il y avait eu ce scandale à l’époque de votre concert à Nice (ndlr le groupe avait été accusé d’incitation à l’émeute lors d’un concert en 1980 à la faculté de Nice). Tu y penses parfois ? »


« Jamais. C’est comme les canons des guerres napoléoniennes. Un fait d’arme. On avait acquis ce jour-là une certaine crédibilité. »

« Quelle est la signification de « Dark Matters » et de cette pochette ? »

« C’est un concept scientifique. 85% de l’univers est constitué de ce Dark Matters mais on ne le sait pas. C’est comme une énigme. Quand aux statues que tu vois sur la pochette ce sont celles de l’Ile de Pâques. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 1617 fois