Interview

DEATH DECLINE (2021) - Alexis (Chant)

Avec « The Silent Path » Death Decline vient de sortir un excellent album de metal moderne. Si le groupe s’éloigne de ses premières amours trash/death sa nouvelle orientation musicale risque de faire grandir sa fan-base ce qui ne serait que justice. Entretien avec Alexis, chanteur du groupe.


« Cet album est très différent de votre deuxième opus « The Thousand Faces of Lies ».


« C’est vrai. La période du deuxième album a été une période compliquée pour plusieurs d’entre nous. Il y a eu à cette époque l’arrivée d’Arnaud qui participe désormais au processus de création. Il a un jeu de batterie moderne et efficace. On est revenu au style du premier album sans que cela ait été planifié de quelque manière que ce soit. »

« C’est un disque très abouti. »

« Oui parce que nous avons eu plus de temps pour le faire. Le troisième album est un disque qui compte beaucoup. C’est souvent le disque de la maturité. On est content du résultat. Quand je le réécoute je ne me dis pas tiens je changerai ça ou ça. »

« Vous sortez un disque tous les trois ans. C’est votre rythme de croisière. »

« On compose tout le temps. Là on compose déjà pour le quatrième. Nous ne sommes pas un groupe pro donc on ne peut pas s’arrêter de tourner pour faire un album. »

« Je trouve le chant assez hard-core sur certains titres »

« J’aime voir des groupes de hard-core en live mais n’en écoute pas pour autant. Il y a un truc commun entre le trash et le hard-core. « No Fate » a un côté punk à roulette. Fab vient du punk et du trash. On aime mixer les passages efficaces et les trucs plus complexes. »

« Il y a pas mal de chant mélodique sur ce disque. C’est l’influence Machine Head ? »

« On s’en rapproche. Mon timbre de voix se rapproche de celui de Robb Flynn, sans la maitrise pour le moment. Le chant clean et voix de tête sur « Threshold » va diviser je pense. Mais nous faisons de la musique pour nous avant tout. Je me sentais en confiance sur ce disque donc je voulais mettre tout un panel de chant comme du black mais le producteur m’a dit que ce n’était pas pertinent. »

 Tu viens du black ?

« J’aime la voix black. J’aime celle de Maurizio de Kataklysm. Pour l’album ce style de voix n’aurait pas fonctionné et n’aurait pas servi le propos. Je suis content que les autres membres du groupe m’aient poussé à ne pas l’utiliser. »

« Tu joues dans d’autres groupes ? »

« Oui dans un groupe crossover et j’ai un projet death/black. »

« The Silence Path » est très varié musicalement. »

« Il y a pas mal d’arrangements. On a essayé de faire des morceaux assez différents les uns des autres. On va sortir l’album en vinyle car on aime l’objet et que le disque a vraiment une face A et une face B. Malheureusement la production de vinyle est compliquée en ce moment donc il ne sortira pas avant le premier trimestre 2022. »

« Le dernier morceau, « Through The Stranger’s Eyes » est encore différent du reste. »

« J’ai mis du temps à trouver les lignes de chant pour ce titre. J’ai trouvé un chant à la Crowbar qui fonctionnait bien. Le guitariste de Stone Horns nous a aidé pour les parties orchestrales de ce morceau. Il a bossé sur ce titre et sur l’instrumental qui ouvre le disque. Il faut jeter une oreille à son projet Aquarius car c’est très bon. »

« Tu me cites plein de groupes. Vous avez l’air très éclectique dans vos goûts. »

« Je viens du black/death et du death/melo. Fab vient du trash. Arnaud est très sur les styles modernes. Jordan aussi. Notre bassiste aime les trucs assez bourrin. On sait digérer nos influences. Je suis un gros fan de blues. Ce n’est pas pour autant que je vais amener un côté à la Muddy Waters dans le groupe. »

« Vous cherchez à avoir un son qui soit plus « mainstream » ? »

« Ce n’est pas une volonté. On ne sera jamais pris pour un groupe underground. On a plus de chance d’avoir le public de Trivium et de Machine Head que celui de Deicide et de Carpathian Forest. »

« Est-ce que le fait d’avoir eu un titre dans « Southpark » a élargi votre fan-base ? » 

« Cela a été un énorme coup de chance que d’avoir ça. A vrai dire cela n’a pas eu d’impact direct sur notre notoriété. Néanmoins on est devenu visible sur les plates-formes d’écoute. Lorsqu’on a reçu le mail de la prod de « South Park » on aurait pu penser que c’était un fake mais non. »

« Comment la production de « South Park » vous-a-t-elle trouvé ? »

« On a cassé sans le vouloir l’algorithme de Youtube et on s’est retrouvé en référencement. Si tu tapes death-metal sur Google tu tombes sur nous en premier. C’est comme ça qu’ils nous ont trouvé. Des gens pensaient que l’on connaissait des gens aux States ce qui n’est pas le cas. »

« Vous avez évolué musicalement mais au niveau graphique il y a une vraie continuité. »

« On travaille avec Stan Decker qui est devenu une référence. Il a bossé avec Blue Öyster Cult, Powerwolf. Il est resté d’une simplicité déconcertante. C’est un mec adorable. Il a toujours suivi notre travail. Il se défonce pour tous les projets dans lesquels il s’investit. Il a repris la charte graphique des deux premiers albums. La statue que tu vois on la décline de disque en disque. Stan a incorporé des éléments d’architecture bouddhiste, aztèque et hindi. »

« Il y a des dates à venir ? »

« Oui, quelques-unes. On joue à Dijon le jour de la sortie de l’album. La semaine d’après on sera à Nice, la suivante à St Polgues. En Janvier il y aura également quelques dates. »

« Il y a une scène dijonaise ? »

« En Bourgogne il n’y a pas beaucoup de lieux où jouer. Il y a de très bons groupes comme NahBom un groupe de death avec un son assez sale. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 61 fois