Interview

CONSTELLATIA (2022) - Keenan Oakes (Chant / Basse)

Avec « Magisterial Romance » les Sud-Africains de Constellatia ont sorti une œuvre majeure. Un album de post-metal sublime qui fera date. Entretien avec Keenan Oakes, bassiste et chanteur du groupe.

« Quelle était votre intention avec ce nouvel album par rapport à votre premier opus ? »


« C’est seulement notre deuxième album donc nous continuons d’expérimenter musicalement. C’est un processus de recherche permanent. »

« Ton groupe précédent était aussi post-metal ? »

« C’était plus black metal. »

« L’album est post-metal mais avec des éléments pop et black. »

« Définitivement. Nous aimons plein de genres musicaux différents et nous essayons de mélanger tout cela. Nous aimons beaucoup la dream-pop, le côté planant de cette musique. Nous aimons aussi beaucoup le shoe-gaze. »

« Il y a ce côté planant dans l’album. »

« C’est vrai. J’aime la musique dans laquelle tu te perds, comme si c’était un rêve. »

« C’est pour cela qu’il y a cette touche Pink Floyd dans ce que vous faites ? »

« J’ai toujours aimé les groupes prog : Pink Floyd, Yes, King Crimson, Genesis. Nous essayons d’incorporer cela dans notre musique. Nous changeons souvent de dynamique à l’intérieur de nos morceaux comme le faisaient les groupes prog. »

« Et pour le côté black c’est Wolves in the Throne Room l’influence principale ?”

« Ils sont l’un de mes groupes préférés. »

« On pense aussi à The Cure parfois. »

« Cool d’entendre cela. J’adore The Cure. »

« Votre musique est très ambitieuse mélangeant black metal, post-metal, dream-pop, prog, new-wave. »

« Merci. Après, peut-être que l’on fera quelque chose de plus simple dans le futur. On ne sait pas encore. »

« Vous venez de Le Cap. Comment est la scène là-bas ? »

« Il y a eu une scène assez importante il y a dix ans. La scène metal n’est plus très grande en ville actuellement. Nous n’avons pas beaucoup de salles qui programment du metal. »

« Et pour les autres musiques ? »

« Il y a une super scène jazz mais c’est au niveau des musiques extrême qu’il y a trop peu de choses. »

« Vous avez enregistré l’album dans cette ville ? »

« Oui. Le Cap est super pour les studios d’enregistrement. C’est pour les salles que c’est un peu compliqué. »

« Votre premier album était une auto-production. »

« Oui et nous avons fait celui-là de la même façon. Le premier était sorti sur un petit label indé puis ressorti par Season of Mist. »

« Comment avez-vous signé avec eux ? »

« Ils nous ont contacté. Nous avons eu beaucoup de chance à ce niveau. Ils nous ont dit qu’ils aimaient beaucoup ce que nous faisions. Quelqu’un avait parlé de nous à Season of Mist. Être sur ce label va nous ouvrir de nombreuses portes. C’est cool. »

« C’est cohérent que vous soyez sur Season of Mist car ils sortent de plus en plus de groupes post-metal dans votre genre. »

« C’est vrai. Ils trouvent que nous sommes arty-metal ce qui nous va bien. On pense souvent que le post-metal est « intello ». C’est vrai d’une certaine façon car c’est une musique qui amène à la réflexion. »

« Il y a un côté émotionnel très fort dans votre musique, je trouve »

« Totalement. Nous sommes des gens pour qui l’émotion est très importante. Nous essayons de retranscrire cela dans nos morceaux. »

« Vos titres sont très longs. Cela vient de l’influence prog ? »

« Oui. Cela peut surprendre les gens qu’il n’y ait que quatre morceaux sur l’album mais nous avons envie d’étirer au maximum nos morceaux. »

« Vous avez sorti l’album dans tous les formats ? Digital, vinyle, Cd ? »

« Oui. On va aussi le sortir en K7. J’adore les K7. C’est cool qu’il sorte aussi dans ce format. »

« La pochette est très romantique. »

« Tu as raison. Je suis content que tu la ressentes de cette façon. La pochette représente bien ce que tu vas trouver à l’intérieur. »

« Vous pensez tourner en Europe bientôt ? »

« Ce n’est pas encore confirmé mais nous devrions jouer en Europe l’été prochain effectivement. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 71 fois