Interview

SORTILÈGE (2023) - Christian (Zouille) Augustin et Olivier Spitzer

Trente-sept ans après « Larmes de Héros » et deux après le disque du retour « Phoenix » Sortilège sort enfin un nouvel album studio. « Apocalypso » montre un groupe qui n’a rien perdu de sa verve. Un come-back plus que réussi. Entretien avec Christian « Zouille » Augustin et Olivier Spitzer.

« Ce nouvel album arrive trente-sept ans après « Larmes de Héros ». Tu imaginais que Sortilège reviendrait un jour ? »


« Pas une seconde. J’avais tourné la page. Je n’aurais jamais pensé à un retour de Sortilège. On s’était quitté dans des conditions pas terribles. Pour moi quand ça ne fonctionne plus ça ne fonctionne plus. »

« Larmes de Heros » était un album que certains avaient trouvé à l’époque pas assez heavy alors qu’il est très intéressant. »

« Je voulais aller encore plus loin, mettre des claviers, des chœurs, ce que l’on fait aujourd’hui. Les autres membres de Sortilège ne voulaient pas cela. »

« Cet album sonne comme du Sortilège classique avec un son moderne. »

« Si tu penses ça c’est que l’on a réussi notre pari. J’ai créé la mélodie et le texte pour cet album donc cela fait forcément Sortilège. »

« Ta voix n’a pas tellement changé. »

« Si elle a évolué J’ai réécouté récemment un de nos concerts au Forum des Halles en 84 et j’allais hyper haut dans les aigus. J’ai baissé d’un demi-ton mais je préfère ma voix aujourd’hui. Elle possède plus d’émotions. »

« Tu as toujours écrit des textes heroic-fantasy. C’est encore le cas avec ce disque. »

« Je ne sais pas écrire une chanson d’amour. Je dois raconter une histoire, comme au cinéma. Je suis mystique. J’aime ce qui sort de l’ordinaire. »

« C’est assez rare les groupes qui font comme vous des textes poétiques. »

« C’est vrai. Il faut savoir manier la langue française. J’ai un langage un peu ancien. Je ne saurai pas faire de la poésie avec la langue d’aujourd’hui. »

« Il y a pas mal de guests sur l’album. On trouve notamment les tunisiens de Myrath. »

« Myrath ce sont des amis de label. « Derrière les portes de Babylone » a un côté arabisant donc c’était cohérent de la faire avec eux. »

« Et Stéphane de Loudblast ? »

« On s’est rencontré il y a trois ans en buvant un coup ensemble. Il m’a dit c’est grâce à toi que je chante, tu es mon idole. Il est plus important que nous ne le sommes et il me dit cela. Quand il est venu chanter avec nous à l’Elysee Montmartre et au Forum de Vauréal il était comme un fou. C’était normal de l’avoir pour deux titres sur l’album. »

« Que signifie « Apocalypso » : la fin du monde ? »

« Non, c’est l’Ange Gabriel qui descend sur terre et dis aux humains vous arrêtez vos conneries. La pochette représente ce dernier. »

« Il y a 37 ans tu chantais « Marchand d’hommes », aujourd’hui « Apocalypso » tu n’es pas très optimiste sur l’avenir de l’Humanité. »

« Je ne crois pas en l’homme. Il a besoin de cataclysmes pour pouvoir changer. On ne retient malheureusement pas les erreurs du passé. »

« Tu as été étonné de la réussite de votre retour avec « Phoenix » ?

« Oui et non. Nous n’avons été distribué qu’en France. J’aurais aimé que ça marche encore davantage. »

« Avec « Phoenix » le nouveau Sortilège était vraiment né. » 

« Cela a été important pour les nouveaux musiciens de bien comprendre l’Adn de Sortilège. »

« En 2019 il y avait eu la ressortie de « Métamophoses » pour le disquaire Day. Il y avait déjà une attente autour du groupe. »

« Oui c’est vrai. Il y avait aussi eu un tribute Sortilège en 2017. Les gens ont toujours adoré Sortilège mais c’est après 2017 que l’on a senti qu’il y avait vraiment un truc. »

« Ce côté culte fait que dans certains pays étrangers Sortilège est considéré comme LE groupe heavy français. »

« C’est juste. En Allemagne ils attendaient notre retour. Dans ce pays tout comme en Norvège ou en Grèce on hallucinait de voir le public connaitre nos paroles par chœur. »

« Tu es étonné quand tu vois des gamins de 15 ans avec un tee-shirt Sortilège ? »

« Totalement. La nouvelle génération aime Sortilège. C’est cool. »

« C’est Verycords qui sort le disque pour la France et Season of Mist pour le reste du monde. »

« C’est cela. Les deux labels bossent super bien. »

« C’est rare qu’un label de metal extrême comme Season of Mist sorte un groupe de hard-rock classique comme vous. »

« Absolument. Je ne sais pas comment ça s’est passé. Verycords s’est occupé de cela. »

« Tu ne regrettes pas en voyant comment le groupe est culte aujourd’hui de n’avoir pas continué après 86 ? »

« Non car il n’y avait pas un vrai marché. Et humainement ça ne fonctionnait plus. Cela n’a pas d’ailleurs pas mieux fonctionné lorsque l’on s’est retrouvé 35 ans après. »

« Comment fonctionne Sortilège ? »

« Il faut un leader dans un groupe et le leader c’est Christian. On peut discuter à l’intérieur de Sortilège mais il y a un capitaine. Sur l’album chacun a eu un rôle mais il faut qu’il y ait une hiérarchie, un chef de chantier. »

« Le concert du Hellfest l’an dernier a été un beau succès. »

« Oui surtout qu’il y avait deux fois plus de monde que ce à quoi l’on s’attendait. C’était un set de 45 minutes. Il fallait y aller à fond. »

« Vous allez sortir un DVD de votre live au Forum de Vauréal. »

« Oui. On trouvera également dessus des titres enregistrés au Hellfest. C’est le boss de Verycords qui en a eu l’idée. »
 
Critique : Pierre Arnaud
Vues : 2287 fois