Live Report

BLAZE BAYLEY – EDENSLAVE - CRUSHING BLOW - Korigan Luynes - 12/3/2010

 
Aujourd'hui est un grand jour pour moi, car je vais voir Blaze Bayley en concert, qui plus est dans une toute petite salle des plus intime (qui l'aurai cru). Je ne dirai pas que je suis un fan invétéré mais j'ai un immense respect et une profonde admiration pour cet artiste qui au fil des années a su concocter des albums de heavy metal de très grande qualité, agrémentés d'une profonde sympathie. Bref voilà le moment de vérifier tout ça.

Première formation à entrer sur scène, Crushing Blow, qui se retrouvant sur cette affiche espère marquer des points.
Le set de nos Marseillais est plus que convenable malgré quelques soucis techniques. L'enchainement des dates leur est profitable au vu de leur assurance sur scène, seul quelques passages trop statiques encore ralentissent leur bonne marche. Majoritairement composée de titres du futur album, plus les plus grosses pointures du premier (Hate me, Far Away), la set list de ce soir met bien en évidence les qualités du combo, qui aura fait l'essentiel.

Avant de passer aux choses sérieuses et après un bon set de la part de Crushing Blow, voici l'arrivée des Italiens d'Edenslave qui débarquent sur scène avec envie et dans des tenues plus que décalées. On est très, mais alors très loin du look métaleux ! Bon passé cette partie vestimentaire place à la musique. Je ne rentrerai pas dans les détails mais le métal que pratique nos Trans-alpin est trop brouillon pour être accrocheur. Alors oui, il va falloir être solide pour résister à cette avalanche de métal bateau sans âme, quasi sans idées, presque sauvé par un chanteur agité à la grosse voix mais avec un manque de personnalité des plus flagrant !! Résultat, oublions vite ce set là.

Bon les apéritifs consommés, on passe au plat principal avec délectation, puisque Blaze débarque avec une furieuse envie d'en découdre. Débutant sur un « Madness and sorrow » de son dernier album notre chanteur et ses musiciens nous offrent un show plein de vitalité, de puissance et de bonheur. Le son fort est malgré tout bien équilibré, et les musicos sont dans une sacrée forme, à l'image d'un Blaze collé à son public et d'une énergie débordante.
Le début du set est un mélange entre ses deux dernières réalisations (The man who would not to die et Promise and terror), qui permet aux fans les plus récents de se faire plaisir. La suite voit l'arrivée de titres des 3 premiers opus pour les fans die hards, puis évidement deux reprises d'Iron Maiden, avec un « The clansman » orgasmique repris par un Korrigan bien remplie mais surtout très présent dans ses interventions, scandant des 'Freedom' à plein poumon !
Et oui malgré le côté intimiste de la salle, l'ambiance est de feu et le groupe se donne à 100%, comme si c'était leur dernier. Les quelques moments de paroles de l'ami Bayley auront tapé juste en ne cessant de nous remercier et de nous expliquer ses choix de liberté (pas de label, pas de tourneur...) mais surtout avec une franchise qui fait chaud au cœur !
Et voici déjà le rappel avec un « The tenth dimension », suivit d'un « Kill and destroy », qui auront fini d'achever les fans. Un concert plein, passé à une allure folle, avec un artiste souriant, généreux et libre, accompagné d'une équipe solide et très performante. Je vous avoue sincèrement que j'avais rarement vu un homme se donner autant avec un tel sourire dans de pareilles conditions : chapeau bas Mister !

1. Madness and Sorrow
2. Voices From The Pass
3. City of Bones
4. Faceless
5. Blackmailer
6. Letting Go of the World
7. Waiting for My Life to Begin
8. Leap of Faith
9. 1633
10. Blood and Belief
11. Stare at the Sun
12. Futureal
13. The Clansman
14. The Man Who Would Not Die
15. Robot
Rappel
16. Tenth Dimension
17. Kill & Destroy
 
Critique : Guillaume
Date : 12/3/2010
Vues : 1559 fois