Live Report

HELLFEST 2016 - Day 3 - 19/06/2016

 
Toutes les bonnes choses ont une fin… Même le Hellfest. Mais quelle fin !! Journée ensoleillée ce qui me permets d'amortir la Cashless avec beaucoup de binouzes !
La journée est très chargée, et sera pleine de découvertes ! Pendant le pti dej j'écoute Nighmare. Toujours aussi percutant musicalement, Magali Luyten qui remplace Jo Amore au chant n'a rien à lui envier. C'est carré, puissant, bluffant. Bon pour attaquer la journée, sachant qu'après ça je découvre.
Tout d'abord Orphaned Land. Excellent. Le mélange de rock, métal et influence orientale est parfaitement ajusté, la voix de Kobi Farhi est très agréable, il en profitera pour passer quelques messages de paix fort plaisant, rappelant que la musique pendant ces trois jours nous a coupé de toutes les conneries et horreurs qu'on voit en ce moment. Superbe moment surtout pendant l'apéro.
Je m'avance donc vers les Main Stage, un peu plus disons, pour un groupe totalement inconnu, Vintage Trouble. Je suis à ce moment là loin de me douter ce qu'il va se passer. Le groupe est sûrement MA révélation scénique de ce Hellfest. Les musiciens sont tous en costume et chapeau, et avant de lancer le premier morceau, Ty Taylor pousse quelques vocalises et me met sur le cul. Putain quelle voix !! Soul, blues, rock, le groupe fait office d'alien mais le charismatique chanteur va faire toute la main stage d'accord. Il ira chanter dans le public, slamer, faire asseoir toute la foule, il tiens le public dans sa main. Et franchement quand on sort du Rhythm & Blues a Hellfest et que tout le monde chante et cri, c'est un vrai tour de force. Respect et merci à ces new-yorkais pour cette belle découverte et cette claque.

Après cette révélation, il est temps d’accélérer et d'astiquer des manches avec les véloces gars de DragonForce qui défend ici son best of. Ce qui est plutôt une bonne chose, on aura donc droit à tous les tubes et bons morceaux comme « Seasons », « Holding On » ou « Through the Fire and Flames ». Le show est toujours aussi fou et les gars souriants ! Enfin sauf Sam qui semble toujours imperturbable. C'était sympa, mais si j'avais su j'aurais plus profiter… J'arrive sur No One is Innocent, groupe français qui me plait que moyennement. Musicalement ben c'est rock heavy, mais manque un truc. Ou alors c'est parce que j'ai vu Mass Hysteria et du coup je me dis que No One is Innocent n'est pas du tout au niveau.
Gojira, vient prouver que c'est un poids lourd du métal outre frontière et défendre son dernier méfait : Magma. Ce que je peut dire c'est que les deux extrait que sont « Stranded » et « Silvera » passent tout seul. Ah oui on fête aussi l'anniversaire de Mario ! Le show est propre, le son lourd, chaque morceau fait mouche, « L'enfant Sauvage », « Flying Whales », « The Heaviest Matter of the Universe », et la foule ultra compacte rien hommage au combo qui peut être fier !
On va continuer ensuite avec des poids lourds. Blind Guardian, nous livrera un très bon show, avec un Hansi très en voix. Je ne suis pas fan du dernier album mais bon les quelques morceaux joué trouvent une nouvelle dimension en live. Ainsi « The Nine Waves » ou «Prophecies » passent mieux. Et puis merde « The Bard's Song » ou « Mirror Mirror »en live c'est toujours aussi bon !

On arrive à un mur de son avec les ricains et deuxième membre du Big Four : Slayer. Pas de changement au niveau du show, ça envoie du très lourd, Kerry King en impose toujours autant ! Les quelques titres du dernier album, « Repentless », « You Against You » fracassent bien comme il faut, sans parler des classiques « Raining Blood », « War Ensemble » ou « Angel of Death ». Un pur moment de brutalité qui fait du bien, ça met en jambe pour l'arrivée fracassante des vikings d'Amon Amarth. Avec les deux proues de drakkar sur scène, effets pyrotechniques, le groupe frappe lourd ! Le dernier opus a du mal à me séduire mais il faut dire que le charismatique Johan Hegg et son sourire font bien passer la pilule. « First Kill » reste bon, mais ça vaut pas les « Deceiver of the Gods » ou « War of The Gods » (qui seront joués). Chose inhabituelle, le groupe entre sur son tube number one : « The Poursuit of Vikings », ce qui n'est pas pour me déplaire. Bref le show est fait de titres directs et jouissif… DEATH IN FIRE !!!
Dernier membre du Big Four, la troupe à Dave Mustaine, Megadeth. Scène joliment décorée, son très bon, le groupe livre une heure de lourd. J'apprécierai particulièrement des titres comme « A tout le Monde », qui a une signification ici en France pour le coup, mais aussi les « Peace Sells » ou « Symphony Of Destruction ».
On enchaîne des poids lourds depuis des heures, maintenant on se pose un peu avec le « poids lourd mais plus calme » Ghost qui nous gratifiera d'un show spécial. L'ambiance scénique est toujours aussi prenante, Papa Emeritus III toujours aussi bavard et sympathique. Le groupe enchaine ses meilleurs morceaux, « From The Pinnacle to The Pit », « Mummy Dust », « Year Zero », « Body and Blood » et j'en passe. Le groupe nous fera l’immense plaisir de nous offrir un feu d'artifice, un vrai, avec un lâché de billets de banque créés pour l'occasion, et surtout d'une chorale. Et la voix de ces enfants en fin de show termine la messe de Ghost de la plus belle façon. Merci Ghost, merci Hellfest pour cet intense moment, cette magie.

Pas le temps de chouiner, une deuxième messe va commencer, et quelle messe !! LA légende Black Sabbath va faire son dernier show sur le territoire français, à l'occasion de leur tournée d'adieu. La bande à Ozzy nous livrera un show un peu plus sympa et musclé que celui de 2014 qui ne m'avait pas convaincu. Bon Ozzy se fait vieux, il traîne la patte mais sa voix est toujours là. Ainsi je savoure les dernières écoutes des tubes « War Pigs », « Iron Man » ou « Paranoid ». On aurait aimé un pti mot, un truc, mais au lieu de ça le groupe sort de scène sans demander son reste. Dommage.
Cette soirée et festival se termineront avec King Diamond, qui jouera devant une Main Stage 2 quasi vide. Sa voix ultra perchée a aussi tendance à m’agacer, mais musicalement et visuellement le show est là, et de qualité, alors je vais voir le verre à moitié plein, c'est pas trop mal pour une fin.

Merci à toute l'équipe du Hellfest, que ce soit la production, l’accueil, la presse, merci à tous. Merci au bénévoles toujours aussi sympa et souriants, merci aux désoiffeurs, merci au public et au groupes de faire chaque année du Hellfest le meilleur festival du monde. Merci à Lemmy qui, je le sait, était avec nous.

 
Critique : SBM
Date :
Vues : 1502 fois