Live Report

SUM 41 - DROPKICK MURPHYS - Les Arènes de Nîmes - 6/7/2022

 
En cette magnifique journée du 6 Juillet 2022, alors toujours pas rétabli du show de KISS de la veille, me voilà de nouveau, pour le quatrième et dernier concert rock-metal du festival de Nîmes, transgressant un interdit: allez dans le Gard. Mais le jeu en vaut la chandelle.
Ce soir l'affiche annonce "party time"! Deux grands groupes seront présents et se partagent l'affiche. Ce dernier point est essentiel car jusqu'ici pas moyen de savoir si SUM 41 ouvrait pour DROPKICK MURPHYS. Donc je vous le confirme c’est un co-headlining que vous aurez ce soir.

SUM 41 ouvre les festivités et je ne vais pas y allez par quatre chemins : c’était le chaos dans les arènes. Durant une heure et demi les arènes (alors pas les arènes hein… le public des arènes…) ont jumpé non stop. Il faut dire que vu les hurlements et les applaudissements, la majorité était là pour les canadiens. Je m’attendais à un engouement certes mais pas la furie à laquelle j’ai assisté de la part de diverses générations. SUM 41 a su traverser le temps et je les en félicite.
Les gros titres ont été l’alpha et omega de ce show. En ouvrant avec les grosses claques que sont « Hell Song » ou « Over My Head (Better Off Dead) » (du coup que j’ai « loupé » car bah fallait bien que je vous fasse des photos quand même…)

Le combo va explorer toute sa discographie (ce qui m’a gentiment rappelé que j’ai des lacunes) pour le plus grand plaisir des fans tout en délivrant une énergie démentielle. Je trouve Deryck Whibley vraiment maigri. Certes il a traversé des épreuves compliquées mais tout de même il fait maigrichon. Mais ça ne gène en rien, mais alors rien, à sa prestation. Il laisse presque définitivement la guitare pour le chant mais ça passe. Il répétera régulièrement que nous sommes tous membres de la famille SUM 41. Et ça ben ça fait plaisir. Un grand merci à eux d’avoir fait revivre mon adolescence avec « Fat Lip », « Into Deep » et « Still Waiting ».
Après ce qu’il vient de se passer je me demande où les gens vont trouver l’énergie pour ce qui va suivre…

En guise de réponse je dirait « Bah je sais pas mais ils en avaient ». Les DROPKICK MURPHYS déboulent, comme au Hellfest, sans Al Barr, resté au pays au chevet de sa mère. C’est donc Ken Casey qui va s’occuper des lignes de chants, et soyez rassuré il assurera !
Ça fait plaisir de les voir de nuit, de façon à profiter des lights. Les musiciens débordent d’énergies, changent régulièrement d’instruments pour nous délivrer leur rock celtique détonnant. Le public répond favorablement mais je ne ressent malheureusement pas l’engouement qu’il y avait pour leurs partenaires canadiens. Il y a de l’ambiance bien sûr, mais pas le chaos initial. Même sur les titres lourds et festifs que sont « The Boys Are Back », « The State of Massachusetts » ou le classique « I’m Shipping Up To Boston ».
Le combo ne manquera pas bien évidemment de jouer son nouveau single (qui sort le jour même) : « Two 6’s Upside Down » pas forcément novateur mais qui reste très fidèle à l’esprit du groupe de Boston. Petite mention spéciale pour « Rose Tattoo » qui fait toujours son petit effet..

Bien que sur les rotules j’ai enquillé cette soirée sous le signe du punk et de la fête avec un certains plaisir notamment avec l’effet madeleine de Proust version canadienne. Si y’a une chose que je peux affirmer c’est bien que les arènes ont été retournées ce soir. J’aurais pour ma part sans doute inversé les heures de passage des deux groupes mais c’est un avis purement personnel.

Setlist SUM 41 :

1. Motivation
2. The Hell Song
3. Over My Head (Better Off Dead)
4. We’re All To Blame
5. War
6. Out For Blood
7. Summer
8. Underclass Hero
9. Walking Disaster
10. With Me
11. Into Deep
12. Makes No Difference
13. Screaming Bloody Murder
14. Pieces
15. No Reason
16. We Will Rock You
17. Fat Lip
18. Still Waiting


Setlist DROPKICK MURPHYS :

1. Middle Finger
2. The State of Mussachusetts
3. The Boys Are Back
4. Johnny, I Hardly Knew Ya
5. Queen of Suffolk County
6. The Bonny
7. Mick Jones Nicked My Pudding
8. We Shall Overcome
9. Barroom Hero
10. Smash Shit Up
11. Two 6’s Upside Down
12. Good as Gold
13. Rose Tattoo
14. T.N.T
15. Turn Up That Dial
16. Kiss Me, I’m Shitfaced
17. I’m Shipping Up to Boston
 
Critique : SBM
Date :
Vues : 1582 fois