Live Report

CHILDREN OF BODOM - 17.01.06 Transbordeur (Lyon)

 
Après Sonata Arctica, Machine Men, Stratovarius et Apocalyptica, c’est au tour de Children of Bodom d’investir nos contrées françaises et plus précisément rhodanienne. La Finlande, l’autre pays du metal. Deux ans après la tournée de l’album Hate Crew Deathroll, les sales gosses finlandais nous reviennent pour promouvoir leur dernier et excellent album Are You Dead Yet ?
Le froid lyonnais doit être une particularité de la ville, voire une spécialité régionale. Cela n’empêche cependant pas votre serviteur de se retrouver devant la salle 5 heures avant le début du concert. Et pour cause, les places sont chères près de la barrière ou dans les gradins, soit celles hors d’atteinte de slammers et autres pogoteurs (j’y reviendrai).

Ce soir, à l’inverse du concert de Gamma Ray (désolé d’y revenir mais je n’arrive toujours pas à m’y faire), c’est la grande scène qui s’offre aux trois groupes de la soirée et ce, dans sa configuration maximale (soit environ 1500 personnes). Niveau merchandising, le COBHC fait fort avec un stand très garni : t-shirts de la tournée, t-shirts à l’effigie du groupe, drapeaux (qui se vendront comme des petits pains), girlies, vinyls, sweats (même à 30€ l’unité, il n’en restera plus à la fin du concert) et les petits coquins ont même réussi à vendre tous les t-shirts Hate Crew Deathroll (ceux qui datent de 2003, décidément, même dans le metal, rien ne se perd :P).
L’accès aux premiers rangs ne se fait pas dans la difficulté. C’est donc de bon augure pour admirer, voire contempler (je parle pour les nombreuses demoiselles présentes ce soir) les Bodoms de neige.
Premier à ouvrir le bal, les Suédois de One Man Army & The Undead Quartet (quel nom !). Défendant leur récent album 21st Century Killing Machine qui a reçu une plutôt bonne critique de la part de la presse et une assez bonne promo (leur label Nuclear Blast aidant beaucoup à cela), il ne restait plus qu’au groupe à assurer sur scène. Ce soir, le contrat est rempli. Les compos passent bien et le groupe se donne sans compter. Johan Lindstrand (chant) et Marek Dobrowolski (batterie) auront été très généreux et énergiques, Robert Axelsson (basse) et Pekka Kiviaho (guitare) assureront une rythmique puissante et lourde, tandis que Mikael Lagerblad (guitare) aura distillé de bon soli, en toute discrétion dirais-je. Le tout est peut-être un peu linéaire, mais une bonne première partie où on ne s’ennuie pas (même si on ne connaît pas) et qui laissent entrevoir les prémisses d’un public surexcité.

Set list One Man Army & The Undead Quartet : (de tête et pas dans l’ordre)
1. Devil On The Red Carpet
2. The Sweetness Of Black
3. Branded By Iron
4. So Grim So True So Real
5. Bulldozer Frenzy

Au tour des Hongrois d’Ektomorf de prendre place sur scène. Et là, au fur et à mesure du concert, une seule question me vient à l’esprit : « pourquoi ? » En effet, je n’ai toujours pas saisi pourquoi ce groupe se trouve sur la même affiche que Children of Bodom. Il est clair que la principale raison à cela vient du fait que Ektomorf est également chez Nuclear Blast. Mais est-ce une raison suffisante ? Je n’en suis pas persuadé. Je ne critique pas le groupe directement, mais je dis simplement que ce groupe n’avait pas sa place ce soir. Niveau originalité, c’est proche du néant (un simple clone de Soulfy/Sepultura) et le pire de tout cela, c’est le public qu’a ramené ce groupe. Des jeunes (très jeunes même !) venus juste pour se faire remarquer et foutre le bordel. Aux premiers rangs, c’était tout simplement insupportable. Je ne condamne pas les pogos en eux-mêmes car ça fait partie de l’ambiance, je condamne là l’attitude car ce n’était pas un public metal avec qui j’étais et encore moins un public de Children of Bodom. Le groupe n’a eu de cesse de balancer des « jumps » et autre « respect » à longueur de show, pour ma part, j’ai eu du mal à faire les deux. C’est donc très dommage pour nous (public venu voir COB) et pour le groupe, car je pense qu’il s’est fait sur cette tournée une bien mauvaise publicité. En première partie de Soulfy, Sepultura ou même In Flames, le résultat n’aurait certainement pas été le même. Au final, ce que je retiens de la prestation du groupe sera les incessants « jumps » et « respect », le bassiste jouant sur une chaise car la jambe platrée (là oui, je dis respect), plus de 45 minutes de power cords et un dos fracassé par des collégien(ne)s prépubères venu(e)s jouer les rebelles à un concert de Children of Bodom. Pitoyable !

Set list Ektomorf : (de tête et pas dans l’ordre)
1. Set Me Free (Instinct)
2. Show Your Fist (Instinct)
3. Fuck You All (Instinct)
4. Gypsy (Destroy)
5. You Get What You Give (Instinct)
6. Break You (Instinct)
7. I Scream Up To The Sky (I Scream Up To The Sky)

Après que des amies se soient faites évacuées, un pote ayant en plus fait un malaise (pourtant ce n’est pas un enfant de chœur :p), direction les gradins pour assister au show de Children Of Bodom. Le décor est magnifique, rien à voir bien évidemment avec celui d’Hammerfall quelques mois auparavant ;) ), mais celui-là colle vraiment bien au groupe. Un panneau en hauteur avec les lettres COB qui s’illuminent, un avant de vieille caisse américaine au milieu, sur les côtés de cette dernière, la batterie de Jaska et le synthé de Janne, le tout parsemé de bidons. Simple mais efficace !
L’intro retentit (voir setlist ci-dessous) et celle-ci ajoutée à ce décor donne un aspect complètement décalé fort jouissif J. Pour faire simple et concis, la bande à Laiho nous a offert ce soir un show époustouflant. Bien aidé également par un son parfait et des lights sobres mais nickels. Le jeu de scène du groupe est également irréprochable : Alexi courant, crachant, arranguant de « fuck » et autres « motherfuckers » complices le public en folie ; Henkka nous touchant quelques mots dans un français irréprochable et ne cessant de parcourir la scène, quelle énergie ! Jaska nous asssurant un solo de batterie rassurant pour ma part, par rapport à son jeu sur la tournée Hate Crew Deathroll ; Roope, quant à lui, m’a tout simplement impressionné. Le père Laiho peut être tranquille avec un guitariste rythmique du talent de Roope derrière lui. Depuis les frères Young, je n’avais jamais vu ça ! Et puis, le bougre nous gratifiera d’un petit solo, petit mais costaud, quel feeling ! ; enfin, Janne ne changera pas je crois. Il joue avec une telle nonchalance qu’il doit faire enrager les apprentis clavieristes assistants à ses concerts : il joue d’une main, il boit une bierre en jouant, il s’absente quelques minutes et revient pour nous balancer un solo à pleurer de précision. Même si le pauvre a dû changer de synthé dès le premier morceau, cela ne l’a pas inquiété ou perturbé pour la suite du show. Et puis, certes Alexi est un génie, mais dans leur duel, je donnerai Janne vainqueur avec sa technique ahurrissante !
Concernant la setlist, je vous laisse la contempler car elle est parfaite. De plus, tous les morceaux auront été joués à la perfection, mentions spéciales au mix « Bodom After Mignight/Bodom Beach Terror », à « In Your Face », « Are You Dead Yet ? », « Lake Bodom » et « Everytime I Die ». On remerciera également ce sacré Janne pour l’intro du « Oops, I dit it again » de Britney Spears, imparable !
Rien à redire sur la prestation des sales gosses de Bodom, sauf peut-être « kiitos » et à la prochaine ;)

Set list Children of Bodom :
1. Intro (Twist And Shout)
2. Living Dead Beat (Are You Dead Yet ?)
3. Sixpounder (Hate Crew Deathroll)
4. Silent Night, Bodom Night (Hatebreeder)
5. Hate Me! (Follow The Reaper)
6. We're Not Gonna Fall (Are You Dead Yet ?)
7. Angels Don't Kill (Hate Crew Deathroll)
8. Solo de batterie
9. Bodom After Mignight/Bodom Beach Terror (Follow The Reaper/Hate Crew Deathroll)
10. Follow The Reaper (Follow The Reaper)
11. Needled 24/7 (Hate Crew Deathroll)
12. Duel Janne/Alexi
13. In Your Face (Are You Dead Yet ?)
14. Hate Crew Deathroll (Hate Crew Deathroll)
15. Are You Dead Yet ? (Are You Dead Yet ?)
-----------------------------------------------------------------
16. Solo de Roope
17. Lake Bodom (Something Wild)
18. Everytime I Die (Follow The Reaper)
19. Downfall (Hate Crew Deathroll)
20. Outro (Fight For Your Right - Beastie Boys)
 
Critique :
Date : 2006-01-20 15:20:11
Vues : 1647 fois