Chronique

SAXON : LIONHEART / SPV STEAMHAMMER 2004

Ah enfin le retour des grands de Saxon cela fait plus de 3 ans que l’on attendait la suite du très bon Killing Ground eh ben ça y est il est là !!!
Intitulé Lionheart en hommage à Richard cœur de lion fils de Guillaume le conquérant qui était normand, notre Biff presque national (il habite en Normandie d’où le titre) nous sort là un opus que dis je une tuerie de heavy métal.
A noter l’arrivée derrière les fûts de Jorg Michael (Stratovarius entre autre) qui donne une base en béton.
Tout commence par l’infernal « witchfinder general » double grosse caisse en avant, grosses guitares et cette voix, notre Biff a rajeunit de 10 ans : quel début en fanfare.
On poursuit « man and machine » bien heavy continue notre voyage avec un groupe qui ne fait pas son age (n’y voyais aucune mauvaise allusion). Le son est énorme tout comme ce morceau qui balance du tonnerre : quel régal.
Petite interlude « the return » sur fond de chœur nous amène directement sur la titre track « lionheart » mortelle, mais où ont ils puisé autant de bonnes idées ? Cette chanson rappelle l’excellente ‘crusader’ un morceau épique qui va faire mal en concert, et puis quelle voix ce Biff ; une puissance avec des montées dans les aigues impressionnantes.
« beyond the grave » un titre heavy bien dans l’esprit Saxon prouve l’excellente forme de nos anglais.
« justice » tape fort, un titre bien heavy qui met en valeur le talent de Jorg (même si il n’est plus à prouver) Biff est de nouveau ultra efficace dans ses vocaux rageurs (ça serait cool de savoir l’adresse de leur cure de jouvence) un gros titre de l’album.
Du speed maintenant avec « to live by the sword » qui te fait headbanger comme un fou si on arrive entier à la fin de l’album on craint plus rien car le rythme est effréné et quel solo de gratte. « Jack Tars » est une petite ballade acoustique, juste une guitare et une voix. Un petit passage bien joli avant que le heavy métal ne reprenne ses droit avec « English men o war » un titre avec une patate monstre. Montée en puissance pour « searching for atlantis » un mid tempo lourd et mélodique avec un joli refrain qui nous rapproche de la fin.
Cette dernière s’appelle « flying on the edge » un titre une nouvelle fois très heavy dans la pure tradition de ‘killing ground’ qui achève un album d’une grande qualité.
Conclusion une attente récompensée par cet opus d’une tuerie rare. Quel bonheur de voir ces mecs toujours aussi efficaces : chapeau bas messieurs surtout à notre ami Biff qui nous ébloui de belles parties vocales qui feraient rougir bien des jeunes chanteurs .
Une belle récompense pour ce survivant de la NWOBHM qui prouve une fois de plus la bonne tenue des ‘ancêtres’
 
Critique : Guillaume
Note : 8/10
Site du groupe :
Vues : 991 fois