Chronique

PATHOSRAY - SUNLESS SKIES / Frontiers Records 2009

Une grosse et bonne coïncidence pour cette formation italienne émergeant à nos yeux en cette année. Par contre il ne faut pas parler de jeune groupe car la formation existe quand même depuis presque dix ans maintenant.
Pourquoi une coïncidence ? Tout simplement parce que le chanteur Marco Sandron et le bassiste Fabio D’Amore se sont fait présenter début mai dans un autre album : celui de Fairyland – Score to a New Beginning où ils évoluent à un poste fixe. Niveau promotion, cela ne peut faire de mal.
Pour ce nouvel album de heavy prog on notera immédiatement le lieu de production : les Fascination Street Studio où des groupes comme Hammerfall, Opeth, Symphony X ou Katatonia travaillent. LE son s’en fait ressentir immédiatement. C’est clair, limpide et pas agressif ; pour le son du moins car niveau compos, ça envoie pas mal.

Le premier gros point positif vient de Marco au chant qui a une voix claire énorme. C’est vraiment du petit lait qui se glisse et donne un peu plus de dimension à cette musique.
Musique qui vous vous en douterez reste quand même très largement influencée par les américains de Symphony X avec ce mélange de musique technique et mélodique. Des contretemps sont posés ici et là, des breaks histoire de nous embrouiller un peu plus.
La dynamique des chansons bouge pas mal aussi alternant quelques morceaux puissants et hargneux avec des morceaux plus calmes mais techniques. Le tout dans une bonne logique.

Bien évidemment, il y a les standards de ce genre de musique avec les solos de guitare suivis d’un break et d’un chant mis en avant et appuyé par les chœurs juste après. Si vous voulez un morceau bien barré avec pleins d’influences vous prendrez « Quantic enigma » pour ne citer qu’elle. Les influences musicales y sont nombreuses et la variation de tempo est continue.

Track liste : Crown of thorns / Behind the shadows / Aurora / Quantic enigma / In your arms / Sons of the sunless skies / The coldest lullaby / Perpetual eclipse / Poltergeist / For the last time.

Conclusion: Un album compris entre du Symphony X et du Angra. C’est pas mal du tout et cela rajoute un nouveau groupe italien au catalogue, mais dans le bon catalogue. Pas celui des pâles copies. Un groupe à découvrir et un album à écouter. On aimera ou pas. Quoi qu’il en soit on notera quand même que le chanteur à une sacrée voix !
 
Critique : Lionel
Note : 7/10
Site du groupe : Site de Pathosray
Vues : 876 fois