Chronique

STONELAKE - MARCHING ON TIMELESS TALES / Massacre Records 2011

Jeune groupe de métal mélodique, mais formé par des musiciens pas si jeunes, eux, STONELAKE débarque ici avec son album « Marching On Timeless Tales ». La pochette très réussie me fait espérer que l’album sera aussi efficace.
Alors comme dirait Mario: « Here we go!!! ».

« Red Canyon » ouvre le bal avec un bon vieux riff lent mais qui donne envie de headbanguer. Le chant est clair et éraillé et part dans les aigus pour le refrain. Il peut rappeler celui de Tim « Reaper » Owens (Iced Earth). Les lignes de chant sont mélodieuses, le solo efficace. Ca part bien. « Liar » continue sur la lancée, entre rythmique lourde et lead mélodieux. Après un « Sound of a whisper » moins efficace, car un peu trop lent et surtout chant trop longtemps aigue, un « SnakeChild » assez bateau, « Fool with no denial » renoue avec l’efficacité du début d’album, à savoir des rythmes plus speed et toujours ce son lourd des guitares qui assomme l’auditeur.
Belle intro acoustique pour « Rain », qui poursuit sa route sur le ton des pistes précédentes. Mais un petit hic commence à se faire sentir : les lignes de chant manquent cruellement de mélodies sur certains morceaux (mais techniquement le chanteur assure).
« Lay down the war » par exemple possède un couplet très mélodieux, que le refrain ne suit pas. Le morceau reste cependant bon. Musicalement parlant pas trop de changement : rythme assez mid-tempo avec assez peu de lead, mais ça donne envie de bouger donc c’est que c’est efficace.
Bon, retour au moins bon avec « Give it up » qui n’apporte pas grand-chose. S’en vient un « Winds of fire » pas mauvais mais pas réellement transcendant. Les soli sont très bons, cela sauve un peu la composition.
On achève notre périple avec « Enter the temple », ma foi pas mauvais, surtout le refrain qui est assez réussi.

Cet album, loin de révolutionner le style, n’en est pas mauvais pour autant. Les compos tiennent la route, mais parfois on sentira un manque d’inspiration pour le chant. En conclusion cet album reste en demi-teinte. Dommage.
Les titres tournent entre quatre et cinq minutes donc cela n’ajoute pas de poids supplémentaire sur les titres moins bons.
 
Critique : SBM
Note : 6.5/10
Site du groupe : Site officiel du groupe
Vues : 924 fois