Chronique

ELECTRIC MARY - III / Listenable Records 2011

Jeune groupe australien, ELECTRIC MARY nous livre ici son troisième album, sobrement nommé « III ». Le groupe a déjà une bonne expérience, et a déjà ouvert pour les grands tels que Whitesnake, Judas Priest, Alice Cooper et bien d’autres. Voyons voir ce que va donner la galette.

Et c’est sur un larsen et un riff lourd assez mid-tempo que démarre « O.I.C ». Le style varie entre hard rock et heavy métal old school. La voix est un mélange entre, disons… Bon Scott et Lemmy Kilmister. Le son est peut être un peu trop gras, le solo trop long, mais y’a de l’idée.
« Stained » part sur un riff bien lourd, ça sonne très seventies, et si le chanteur gère bien le chant éraillé et puissant, sur break en chant très clair c’est autre chose… ça casse un peu. Mais le solo est puissant, le batteur se déchaine, ça donne bien. Les petits passages blues sont très appréciables. « So cruel » met du temps à démarrer, l’intro manque cruellement de mélodie. Et les lignes de chants sur le reste du morceau sont absentes…
« Long time coming » au moins pulse sur le riff d’intro, c’est déjà ça, mais le morceau se répète trop, et toujours ce problème sur les lignes de chant qui sont trop peu accrocheuses.
Il y a une bonne énergie dans les compos et dans l’exécution du groupe, mais cela ne suffit pas. « All eyes on me », apporte un peu de speed pur et dur : rock’n roll sur deux minutes chrono, ça fait du bien.
« Lies » reprend un mid-tempo et un chant plus plaintif, pas spécialement plaisant. Morceau un peu insipide. On retrouve quelque chose de plus standard sur « Nobody’s perfect ». Mais je n’accroche pas. Ce n’est pas vraiment mauvais, mais ce n’est pas spécialement bon. Riff simpliste, son un peu trop gras, saturé, on a une impression de déjà entendu.
« Bone on bone » a le mérite de casser un peu les codes du groupe. On a ici une grosse influence rock’n roll assez entrainante sur les couplets. Ça change et c’est bon à prendre.
« Waiting » n’apporte pas grand-chose de plus à ce qui a été proposé par le groupe depuis le début, je passerai donc. Et il en va de même pour « American jam ».

Au final un album qui n’accroche pas du tout. Il y a par ci par là des bonnes choses, de l’énergie et un potentiel certain, mais sur l’album, tout se ressemble trop. Ça sonne old school et ce n’est pas inintéressant, mais l’auditeur aura certainement du mal à s’y retrouver.
 
Critique : SBM
Note : 5/10
Site du groupe : Myspace du groupe
Vues : 973 fois