Chronique

SEVENTH KEY - I WILL SURVIVE / Frontiers records 2013

Et bien s'il y a bien un groupe que je ne pensais pas voir réaparaitre c'est bien celui là. 9 ans que le groupe n'a rien sorti de nouveau et aussi pas une seule nouvelle les concernant alors qu'elle ne fut pas ma surprise en voyant débarquer ce nouvel opus ! Alors pourquoi attendre plus longtemps !

On débute de fort belle manière avec un « I will survive » qui permet de retrouver notre combos dans une veine bien plus progressive. On semble plongé dans du nouveau Kansas. Sensation confirmée avec la plus heavy « Lay it on the line », moderne et mélodique avec un bon refrain. Malgré son début calme « I see you there » envoie des pieds dès l'entame du refrain. Un titre tout en contraste qui permet de varier les plaisirs et surtout de rester sous son charme.
C'est baigné dans un dynamisme joyeux que « It's just a state of mind » prend le relai. Le groupe aura mis du temps pour nous pondre cette galette mais pour l'instant elle tient toute ses promesses !! Avec pareil titre ça va être la fête sur scène !! Un peu de calme vient à nous sous la forme de « Sea of dream » une ballade où les voix prennent le dessus juste soutenues par une guitare sèche et un petit violon. De la pure magie !
« Time and time again » permet de poursuivre dans une veine de rock progressif très mélodique ! A nouveau on pense à Kansas et on se laisse porté par les formidable arrangements de nos musiciens ! Un bien balancé « When love sets you free » débarque et continue de nous procurer de sacrées sensations ! Encore un titre énergique et positif merveilleusement servi par une musicalité au top.
On reprend un peu de heavy moderne avec un « Down » réussi. Une perle de rock progressif qui prouve que malgré leur nom encré dans le passé ils peuvent encore être présents. Un grand vent de fraicheur déboule le temps d'un dynamique « The only one ». tout simplement du pur bonheur !!
Deuxième ballade plus traditionnelle avec « What love's supposed to be », qui à mon avis casse un peu le bon élan des débuts. Une petite erreur que je leur pardonne. On termine par un « I want it all » dernier bijou de rock progressif où l'ombre de Toto réside. Un bien bon moment que voilà

Conclusion : Certes il aura fallu attendre 9 longues années mais force est de constater que le résultat et largement à la hauteur !! Un superbe album fait avec passion et envie et ça, ça fait du bien !!
 
Critique : Guillaume
Note : 8.5/10
Site du groupe :
Vues : 748 fois