Chronique

TIME MACHINE – EVIL / LMP Music 2004

LMP l’ancien label du groupe italien Time Machine n’allait pas louper l’occasion de se faire une petite ré édition (sorti en 2001 à l’origine) au moment de la sortie du nouvel album du groupe courant 2004 appelé ‘Reviviscence’ chez feu N.T.S. Autant dire que nos amis italiens doivent être très portés vers la religion car une fois de plus c’est une bataille entre le bien et le mal, ou, l’église et Satan. Que la bataille commence.

Intrusmental sombre à l’orgue pour ouvrir l’album avec ce « Gerona ».
Le piano ce présente et là l’intro de « Where’s My Heaven ? » arrive bien mélodique et speed avant de revenir dans le style mélodique prog de Time Machine mais tout en gardant cette puissance et cette rapidité dans l’exécution des riffs. Un refrain facilement mémorisable (en anglais ou en latin), un solo guitare et orchestral bien bon pour un morceau qui doit faire mal sur scène. Prêt de 7min de bonheur.
On enchaîne avec « Army Of The Dead » qui arrive lentement mais sûrement. Quelques sons bizarres, un break et boum la basse arrive en force avec la batterie. La guitare s’installe et l’ambiance bien pesante change complètement de celle du morceau précédent. Un bon mid tempo avec un refrain de toute beauté encore une fois. La déferlante de riffs sur le solo est impressionnante.
N’hésitez pas à regarder ces « Eyes Of Fire » directement, car sinon la guitare prendra le devant des choses avec un air heavy. Un synthé pour l’ambiance en fond, un long passage musical agressif avant que ça se calme pour laisser apparaître le chant. Un morceau un peu décevant par rapport aux deux titres précédents car un peu trop lat.
Aller rentrons dans un instrumental de 4min avec « Ecclesia Spiritualis ». Le titre se présente avec la piano, suivi de peu par la basse, la batterie et enfin la guitare. Un mid tempo correct mais qui au bout des 4 minutes m’aura bien saoulé.
La chanson suivante est très courte (1:41min) et se nomme « Peghentropia ». Une interlude en quelque sorte calme, menée principalement par la guitare.
On revient dans le vif du sujet avec « Evil Lies ». Mais ça on le savait déjà, le mal n’est jamais honnête. On revient dans un registre plus puissant et plus rapide et cela fait du bien car c’était vraiment trop calme. Le bonus de ce morceau ? Une voix féminine vient se rajouter et ça enrichit la chanson, surtout sur quand les deux voix se croisent. Un bien bel effet.
Comme dans toute religion, il y a des anges et là, c’est « Angel Of Death » qui se montre (perso, si je peux l’éviter celui là ça serait bien). La musique arrive avec le synthé, une sorte de marche ténébreuse. Le chant calme et posé fait de se morceau un vrai poids. Mais poids dans l’esprit où il appuie cet ambiance sombre mais aussi mélodique. Une accélération lors du solo guitare nous titille les oreilles. Que c’est bon.
« Hailing Souls » est le titre suivant, et il se sent bien agressif d’ailleurs (basse et batterie frappées). Un nouveau mid tempo qui n’a rien de surprenant, mais qui par moment est assez énergique.
Dernier morceau pour cet album et ça sera un très court morceau. Et oui ce « Silent Bells » ne fait que 28 secondes. Pas besoin de vous expliquer son contenu, le titre est très explicite.
Aller, petit bonus track et c’est le titre « Eyes Of fire (Demon mix ». Rien de spécial en fait, si ce n’est une ambiance plus sombre et un effet sur la voix. Un bonus dont on se serait passé.

Conclusion : un album mitigé. Il y a de très bons titres mais aussi de moins bons. La production est bonne, et les bons morceaux sont peu nombreux mais enchanteurs. Un album proche du « Reviviscence ».
 
Critique : Lionel
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 1206 fois