Chronique

LOUDBLAST - BURIAL GROUND / Listenable records 2014

Quelle bonne idée pour Listenable records que de signer avec Loudblast ! Programmé pour fin Avril, les français nous reviennent avec leur 7ème album studios et une nouvelle surprise à ajouter à leur discographie. Car depuis son retour en 2004, le Death Metal extrêmement percutant avait perdu de son influence Trash pour un virage plus mélodique, sinon moderne pour a aboutir en 2011 à l'excellent "Frozen moments between life and death". Alors soyons clair, Burial ground change de registre. Pas question de faire deux fois la même chose, encore moins de revenir en arrière !

Sombre est le premier mot qui vient à l'esprit pour décrire l'album. Même s'il ne s'agit pas d'une trame unique dans cet album, il apparaît très régulièrement des éléments qui sonnent malsain joués avec beaucoup de lenteur quand ce n'est pas en plus accompagnés de riff de guitare bien dissonant. Dans ce registre là, il n'y a pas plus stéréotypé que "Bloody Oath" qui ouvre la cérémonie et pose dès les premières secondes une atmosphère lourde et sinistre, très bien soutenue par la voix gutturale de Stéphane Buriez et une production très soignée.

Le second mot est riche. Il n'y a pas de réelle trame et chaque morceau possède un monde bien particulier. Si bien que pour aimer cet album, il faut avoir l'esprit ouvert en matière de métal extrême. "Ascending straight in Circle", le premier titre mis en ligne par le groupe, s'avère à lui seul un très bon exemple en terme de variété de part ses rythmes et sa structure. Si le refrain et un des riffs fait penser au dernier Gojira dans cet esprit de metal tantôt incisif, tantôt planant, le décor planté autour permet un voyage intégral dans le vaste monde du métal ; et autant vous dire que le blastbeat n'a pas été oublié !

En matière de morceau qui torture le cerveau, je suis resté scotché sur "Soothing Torments" sur lesquels j'ai longuement médité sur mon incapacité à pouvoir écrire une chronique sur cet album. J'ai rarement trouvé des transitions aussi simple accorder des structures aussi opposés. En un coup de baguette magique on passe d'un univers presque black avec un riff absolument cradissime à une une marche Viking et des soli de gros débiles dont seuls les furieux de Death ont le secret. Ecoutez-le seulement deux fois de suite et vous êtes parti pour des heures !

Malgré tout, Loudblast ne va pas non plus renier ses origines et laisse quand même les classiques coup de pied dans le derrière avec "Abstract God" ou "Darkness will abide". La musique reste épurée et moderne, mais particulièrement bien rythmé et agressive.

Le côté épurée de leur musique prend d'ailleurs un aspect particulier avec des phases que j'assimile à du Amon Amarth début de carrière, avec pour caractéristique une batterie qui balance lentement de la double pédale plus une frappe régulière accompagné d'un riff un peu mélancolique. J'ai retrouvé cette marque de fabrique sur "The Void" qui est sans doute le morceau le plus sombre de l'album, presque doom dans l'esprit, et "The Path" qui va en abuser en y ajouter les éléments du Death et de Black metal, un pur régal.

Enfin, j'ai une pensée particulière pour le titre "I reach the sun" qui est morceau atypique où les riffs et les thèmes s'enchaînent sans jamais se croiser ce qui le rend particulièrement intéressé. Ses soli sont également très prenant et c'est dommage que tous les soli joués à grande vitesse soient décalés en terme de rendus sonore car cela enlève le côté organique de la musique.

Conclusion : La cuvée 1014 est particulièrement intéressante et donne une seconde jeunesse au death metal en reprenant divers courant des années 90 avec quelque chose de plus moderne, sans continuité avec ce qu'ils ont déjà fait. Le rapide, l'énergique ou le "légèrement" plus mélodique ont été mis de côté pour servir quelque chose soit de plus sombre, soit de plus burné. Loudblast a atteint l'âge mûr, et ça s'entend !

Tracklistng :
1)A BLOODY OATH
2)DARKNESS WILL ABIDE
3)ASCENDING STRAIGHT IN CIRCLE
4)SOOTHING TORMENTS
5)FROM DRIED BONES
6)THE VOID
7)ABSTRACT GOD
8)I REACH THE SUN
9)THE PATH
10)THE BIRD (Bonus Track)

 
Critique : Weska
Note : 8/10
Site du groupe : Site du groupe
Vues : 913 fois