Chronique

POWER QUEST - NEVERWORLD / Now & Then/Frontiers Records 2004

Nous voilà donc en compagnie du second opus de nos amis anglais, un groupe made in Southampton. Un album très attendu car le premier « Wings of Forever » était très bon. C’est avec grande attention que j’écoute ce nouvel album « Neverworld » produit par Karl Groom.
L’album attaque avec un des titres les plus attendus « Neverworld – Power Quest part 2 », la Part 1 étant sur le premier opus. On est pas déçu car le titre répond à ce que l’on attendait : un Alessio Garavello (chant) qui monte dans les aigus sans pour autant nous exploser les tympans, un clavier (Steve Williams) tout le temps présent et une rythmique de folie. Pour finir ce morceau Power Quest nous gratifie d’un petit rappel à la Part 1 en version piano : sublime. Les deux titres suivants sont disponibles sur leur site pour présenter leur album. « Temple of Fire » & « Edge of Time » sont les titres qui montrent bien que Power Quest joue dans un registre plutôt power- metal (évident vous me direz). On se souvient des refrains facilement, des solos guitares (Andrea Martongelli) entraînants, le tout avec un très bon son. Cela sera sans oublier la marque de fabrique, nous rappelant Freedom Call & Rhapsody: un clavier et des chœurs omniprésents. Maintenant nous arrivons dans un « Sacred Land », où la rythmique et le chant (essayez un peu de le suivre !) sont beaucoup plus rapides, où Steve Scott (Basse) se régale. Nous sentons très bien les influences de ‘Happy Metal’ de Freedom Call. On leur en voudra pas car ce titre est fabuleux. Un peu de repos quand même ! Et c’est « When I’m gone » qui s’y colle. Une ballade classique : clavier, chœurs, un poil de guitare, de basse et de batterie. A noter que sur la version japonaise c’est Sabine Edelsbacher (Edenbridge) qui la chante, et oui, nos anglais ne font pas leur travail à moitié. C’est reparti pour un titre plus 80’s avec « For Evermore », une voix bien posée nous rappelant parfois des musiques de films style « Flashdance » ce qui est amusant mais fort sympathique. On retourne dans un registre plus power/speed avec « Well of Souls » & « Into the Light », et là c’est au tour d’Andre Bargmann (Batterie) de s’amuser, sans oublier le reste de la troupe qui continue sa quête de pouvoir à travers ces titres. Que ferez les groupes sans nous si ce n’est qu’ils seraient « Lost Without You ». Et oui, pour conclure cet album ils nous ( ? ) laissent un petit message à l’esprit joyeux et festif tout restant dans le registre de base du groupe ; un savant mélange.
Mais ce n’est pas tout !!! Nos anglais nous font cadeau d’un duo Alessio Garavello/ Sabine Edelsbacher. Une magnifique chanson, qui avec le reste de l’album nous laisse présager un bon avenir pour cette formation Southamptonienne. Pour ce qui ne connaissent pas ce groupe et qui sont fans de power/ speed/ happy metal …n’hésitez pas à le découvrir, il vaut le détour.
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : Site officiel de Power Quest
Vues : 2039 fois