Chronique

ARCANIA - DREAMS ARE DEAD / Great Dane Records 2014

Voici donc la suite de cette double chronique, et cette fois-ci avec le second et dernier album en date de ce groupe français qui m'a retourné le cerveau ! Pour faire simple, suite à cette révélation, j'ai acquis la conviction que le CD que je tenais dans mes mains va permettra à ce groupe de devenir dans les années à venir (car la route est toujours longue...) un fleuron du metal moderne français Rien que ça !

Le fil conducteur de leur musique a évoluée vers un registre progressif encore plus marqué, mais qui continue d'alimenter un Thrash mélodique pour un maximum d'accroche. La chant s'y est très bien adapté puisqu'il sort du Thrash oldschool pour rappeller des groupes moderne. Sur une base très Gojira-esque ou JoeDuplantier-esque, il s'est en effet rapproché de celle des groupes de Death Mélodique suédois (The Defaced pour les quelques fous qui connaissent...), et fait parfois même penser à Matt Heafy (Trivium).

Pour parler des titres, je ne peux pas passer à côté de "Rise and never fall", que vous pouvez écouter (et partager !!!) sur Youtube. C'est en effet le seul qui a gardé les marques primaires du précédent opus. Brutal et sauvage, autant qu'accrocheur et mélodique, le thrash groovy et oldschool fait un effet boeuf. Si vous vous demandez ce que Joe Duplantier aurait chanté avec Lamb of god et Trivium, penchez-vous là dessus. Le titre abuse un peu de la corde etouffée, mais ne tire pas du tout vers la facilité du metalcore et fait penser à bien des aspects au pont de la chanson One de Metallica. Et puis de toute façon, comme c'est le seul morceau sur cette base, autant en profiter !

Pour la suite, il est très difficile de parler d'un titre sans sortir le mot Gojira. Que cela viennent de From Mars to Sirius ou de l'Enfant sauvage, les échos de ce groupe devenu mythique raisonne partout dans leur musique, comme "Suffering for an answer" qui démarre sur un riff qui rappelle le pont de Flying whales. Ces noms de titre reflètent le caractère profondément mélancolique d'ARCANIA, un joli contraste avec les mélodies et solis nordique qui sont rarement utilisés pour soutenir ce type d'émotion orienté vers le soi. En revanche, si cette combinaison marque très bien et rend l'album accrocheur dès le premier titre "Watch us dying", c'est quand même un peu dur à avaler sur "Dreams end all days" qui culmine avec 11 minutes dont 5 de longueur d'une répétition de mélodies swedish qui n'est pas des plus heureuse et qui donne tout son sens au bouton FORWARD>> .(J'ai trouvé que ça pour râler !)

Quand au sommet de leur art, il est à trouver sur "Inside the crowd". Musicalement, tout y est, de la basse à plein tube, de la guitare claire, du chant éraillé, du growl, des riffs mélodiques suédois, un solo à l'américaine, des mélodies façon viking même et bien sûr de la french touch . C'est une preuve sonore de la volonté du groupe à avoir des titres complets et qui peuvent également se chanter grâce à un refrain hyper accrocheur. C'est d'ailleurs une particularité qu'on trouve sur tout l'album et ce qui permet d'en tomber raide dingue.

Conclusion :
Arcania livre une très belle suite à Sweet Angel Dust et s'accroche à un univers de plus en plus progressif et mélancolique. Les refrains sont bien travaillés pour permettre d'accrocher à un metal plus intelligent et plus structuré. Si le groupe est encore peu connu, il a de quoi devenir incontournable sur la scène européenne dans les années à venir. Donc si vous ne voulez pas dormir con ce soir, posez vos oreilles dessus !

Quant à l'avenir, le plus dur sera de se défaire de ce son si caractéristique qui leur vaudra leur comparaison avec d'autres frenchies qui ont pris la route et se sont envolés bien avant eux...

Tracklisting :
1. Intro
2. Watch Us Dying
3. Rise and Never Fall
4. Face in a Mirror
5. Dreams Are Dead
6. Inside the Crowd
7. Dreams End All Days
8. Suffering for an Answer
9. A Scar in Our Mind
10. Days End All Dreams

 
Critique : Weska
Note : 8/10
Site du groupe : page facebook du groupe
Vues : 602 fois