Chronique

IN THIS MOMENT - BLACK WIDOW / Atlantic Records 2014

La première approche du cinquième et nouvel album des américains de In This Moment s’est fait par leur pochette façonnée à la ‘Sin City’. Sombre avec cette nuance rouge montrant un univers certainement machiavélique et épique.
Découverte de cette fin d’année, voyons voir ce que cet album et le groupe ont dans le ventre.

L’album débute avec « The Infection », une intro à l’ambiance futuriste correspondant parfaitement à cet univers de Sin City. Premier vrai titre du disque, « Sex metal Barbie » arrive en trombe, après que les sirènes aient retentis et vient nous percuter de par sa puissance et son côté mélodique, boosté par une Maria qui nous plonge dans cet univers torturé et prenant. Une entrée en matière alléchante qui nous plonge dans le second titre « Big bad wolf » qui là met une grosse baffe et ce de manière subite. Ayant des relents par moment de Rage Against The Machine, ce titre n’en est pas moins une pure tuerie dans lequel on se plonge aisément et volontairement : énergie, révolte, puissance vocale et hargne, musique percutante… Une sacrée claque, qui retransmise visuellement via un clip vidéo défonce. « Dirty pretty » débarque de façon radio rétro avec de se lancer dans un rock alternatif faisant mouche où Maria alterne entre voix claire et voix gutturale.

Annonce publicitaire façon années 60, la présentation de la « Black Widow » se fait quand soudainement une musique agressive et barrée arrive et nous plonge dans ce title track virulent et mélodique où tous les ingrédients musicaux du groupe de retrouvent dans ce condensé bien plaisant. Morceau plus heavy et léger, « Sexual hallucination » se voit être agrémenté d’un duo avec Brent Smith (Shindeown) pour un moment de douceur taillé pour être une chanson de musique de film. Tout simplement porteuse et prenante. S’en suit « Sick like me », nouvelle tuerie de l’album qui entre sirènes, batterie martelée, guitare omni présente et incisive vient décanter l’ambiance et donner encore plus de puissance à cet album déjà bien ficelé.
Le morceau suivant « Bloody creature poster girl » serait dans un titre à la Lady Gaga pour son aspect musical burlesque mais avec un fond heavy et une Maria toujours saisissante de part sa voix si charismatique. « The fighter » se présente au piano et à petits pas, avançant en duo avec Mario pour un titre de toute beauté qui ne laissera personne indifférent c’est certain. Une petite pépite à découvrir sans retenue. Pour ne pas trop dénoter, « Bones » débarque délicatement mais dans une ambiance sombre avant de rentrer dans un titre heavy et envolé. Après un court monologue, « Natural born sinner » se lance avec énergie pour un titre posé au final. « Into the darkness » est un dialogue tout simplement, interlude un peu inutile juste avant le morceau final « Out of hell » qui il faut le dire vient enfoncer le clou une dernière fois. Ballade prenante, ce final se fait dans la mélancolie et la légèreté avec un joli titre.

Conclusion : la bonne surprise de cette fin d’année qu’est ce BLACK WIDOW. Un album prenant, puissant, qui mérite d’être découvert, tout comme le groupe pour ceux qui ne le connaissent pas encore.
 
Critique : Lionel
Note : 8/10
Site du groupe : Site de In This Moment
Vues : 767 fois