Chronique

PERIPHERY - JUGGERNAUT : ALPHA - OMEGA / Sumerian records 2015

Voici arrivé le 3ème album du leaders du djent metal, métal extrême progressif qui doit son nom au si particulier émis par la guitare 8 cordes. Cette petite scène ne sort toujours pas de son oeuf, mais ce double album devrait faire l'effet d'une bombe ! Alpha et Omega comme deux faces d'un même groupe, montre deux directions. L'une vers un public plus large et plus jeune, l'autre vers une expérimentation technique et progressive toujours plus aboutie. Et pour faire simple, ça marche à merveille !

ALPHA
Our voices echo on a quiet night
Alpha part à la conquête d'un nouveau public. C'est donc du metal populaire qui s'inflitre dans les titres, souvent empreint de metalcore et de post-grunge/neo-metal pour ado'. Dès "A black minute" les américains prennent à contre-pied en démarrant sur un slow pour dévoiler les voix claires et semi-claire de Spencer Sotelo, tout droit sortis d'une B.O de comédie américaines pour ado.

Facile également de s'en convaincre avec le single "Alpha" et son intro de jeux video 16 bits qui est LE titre d'appel pour une nouvelle génération de fan. Copie parfaite des codes du metal populaire, alternance growl/chant clair et refrain catchy, le groupe réussit un tour de maître en y calant sa marque de fabrique et démonte le schéma final en poursuivant le pont sur une partie progressive qui ne rejouera pas le refrain. Populaire. Accrocheur. Progressif. Génial !

Tapi derrière ces parties populaires, il y a un véritable champ de mines explosives et un énorme talent dans la composition et dans la technique. Car la carcasse est et reste du djent , une musique qui est avant tout riche, haute en couleur, technique et donc blindée de syncope et de dissonance. Ceux qui l'oublient se mangent dès la deuxième piste une bombe "MK Ultra" qui fou en tout en l'air et remets les pendule à l'heure ; enfin, jusqu'au prochain contre-pied comme un final jazzy au style de jeux video japonais...

Les décors sont variés, mais il n'échappera pas à l'écoute répété un certains durcissement de ton. La guitare est de plus en plus lourde, les solis plus barrés, il y a de moins en moins de voix claire car guette dans l'ombre Omega. Et quand il surgit, le métal de lopette c'est ter-mi-né !

OMEGA
The screams will echo on a quiet night
Omega reprend les fondamentaux comme l'annonce l'introduction, "Reprise" de A black minute, où our voices devient the screams. Mais surtout, l'attendu devient l'inattendu puisque nous sommes pleinement de retour dans le metal progressif.

La surprise commence dès "The bad thing" qui est une GROSSE BOMBE. Concentré d'émotion, il rejette toutes les règles conventionnelles. Chanter faux n'est pas un problème, s'arracher les cordes vocales non plus, pas plus balancer du riffs à la Slipknot, pas plus qu'insérer une guitare qui dépeint un ciel étoilé, pas plus qu'envoyer du son groovy, et alors se prendre pour Yngwie Malmsteen est encore moins un problème. Quelle intensité, quelle puissance, et quel mélange d'émotions !

De toute façon, cet album est complètement fou et n'a peur de rien ! Tout comme le premier album, c'est encore "Omega" qui en parle le mieux. 11:44 de ce qu'on appelle une MASTERPIECE. La Toutes les nuances exprimées par le groupe sont ici, imbriquées de façon extraordinairement cohérente et géniale. Et l'apothéose sera la chair de poule qui me prend lorsque le refrain d'Alpha annonce la clôture du morceau.
Impérial, Sensible, Brutal, Majestueux, Rêveur, Agressif : Omega tue la mort !

Conclusion :
Juggernaut est l'album obligatoire de l'année 2015 ! C'est une oeuvre complète qui est un modèle de métal progressif moderne avec un cachet unique. Omega sera plus difficile d'approche pour les néo-phytes mais Alpha vous apprivoisera plus vite que vous ne le croyez !

Tracklisting

ALPHA
1. A Black Minute
2. MK Ultra
3. Heavy Heart
4. The Event
5. The Scourge
6. Alpha
7. 22 Faces
8. Rainbow Gravity
9. Four Lights
10. Psychosphere

OMEGA
1. Reprise
2. The Bad Thing
3. Priestess
4. Graveless
5. Hell Below
6. Omega
7. Stranger Things
 
Critique : Weska
Note : 10/10
Site du groupe : Site du groupe
Vues : 863 fois