Chronique

POWERWOLF - BLESSED & POSSESSED / Napalm Records 2015

Ils sont de retour ! Après un très bon « Preachers of the Night » et une très grosse tournée, avec notamment un excellent show au Hellfest en 2014, POWERWOLF nous propose pour cet été leur nouvel opus « Blessed & Possessed ».
Le line-up est stable DONC : Attila Dorn le grand vocaliste est toujours là !

Gros riff dantesque pour lancer l’album avec le titre éponyme, ça pulse à mort, les lignes de chant font mouche, le chant puissant de Attila n’a rien perdu de sa superbe. Solo clair et propre, techniquement pro. L’aspect religieux est toujours présent et se mêle parfaitement à la musique du groupe.
On poursuit la croisade avec « Dead Until Dark » avec toujours un riff appuyé, un vrai power métal avec des burnes et un clavier très axé orgue. Le morceau pulse sur toute sa durée, headbang power !! Allez les filles on va pas faire nos fiottes ! Moment épique avec leur single « Army of The Night », puissantissime avec un gros effet Sabaton, ce qui est signe d’excellence.
On ralenti un peu (ah bah oui il faut en garder un peu sous le pied) avec « Armata Strigoi » qui est très efficace grâce à ses lignes mélodiques omniprésentes et très inspirées ! Rien à jeter depuis le début, c’est simple mais putain d’efficace. Et « We are the Wild » ne change pas la donne ! S’il continue comme ça l’album va finir dans mon top trois de cette année ! Leur musique est un condensé de parpaing dans votre face ! Ecoutez ça au réveil vous passerez une bonne journée !
Je pensais pas qu’ils pouvaient accélérer encore et pourtant « Higher Than Heaven » me donne tort. La batterie semble plus lourde que sur les précédents morceaux. Malgré tout la recette est la même : gros riffs, claviers marquées, et chant lyrique ou poignant. Alors oui pas de grosse variations mais la lassitude ne s’installe pas. Ainsi « Christ & Combat » sonnera comme ce que le groupe délivre depuis 20 minutes.
Un peu de changement avec des parties plus mid-tempo sur « Sanctus Dominus », notamment sur les couplets. Le morceau semble être quand à lui chanté intégralement en latin. « Sacramental Sister » suit la voie de son ainé, à savoir des passages plus posés, pour poser une ambiance. (Non je l’ai pas fait exprès celle là). Très bon morceau mais un poil en deçà des bombes livrées plus tôt. Et encore une fois, je suis admiratif de la voix d’Attila. Putain ce gars est génial !!!
Le groupe revient à du pur brut de coffre avec « All You Can Bleed » dernier morceau du format 3 minutes avant le grand final de 7 minutes « Let There Be Night », avec un chant très lyrique envoutant montrant une fois de plus que le métal regorge de grandes voix. Le morceau pousuit sur une ambiance power assez calme, disons moins speed, presque reposant en fait. Et les deux dernières minutes ne sont en fait que de la pluie ou autres sonorités.

Alors là c’est décidé, POWERWOLF est un putain de groupe. Un groupe a classer avec les grands comme Sabaton. L’album est à 95% composé de morceaux très directs, très puissant, mais ça fait du bien ! On a besoin de ces groupes qui font simple, propre et très efficace sans essayer jouer dans une catégorie qui n’est pas la leur. Un album honnête par un groupe honnête. AMEN.
 
Critique : SBM
Note : 9/10
Site du groupe : Site Officiel du groupe
Vues : 902 fois