Chronique

PRAYING MANTIS - LEGACY / Frontiers Records 2015

Décidément la rentrée septembre de 2015 est plein de retours de groupes inattendus comme le nouvel album de Atreyu et le cas présent, le nouvel album de PRAYING MANTIS, qui sort six ans après un retour moyen avec leur « Sanctuary » et qui est aussi le dixième album du groupe.

Le disque débute avec « Fight for your honour », gros titre de rock mélodique guerrier style suédois entre Hammerfall pour l’ensemble et Europe pour les mélodies vocales. Intriguant, avec un mix assez pauvre niveau chant, mais ça passe et laisse une première approche assez positive. S’en suit « The one », qui il faut le dire vient plomber l’ambiance. Mid tempo envolé, le cadre n’est pas assez posé pour proposer un tel titre. Bon mais pas assez d’accroche pour l’auditeur pour se permettre un titre mou comme ça dès le début. « Believable » prend doucement les rennes et reprend une ascension musicale normale et logique en proposant un titre de rock mélodique porteur. Et là c’est le drame. « Tokyo » nous plonge à nouveau dans un univers posé, bien mélodique mais trop calme et standard de par sa structure pour marquer les esprits. La chute libre se poursuit avec « Better Man » qui malgré le travail niveau mélodies et arrangements n’accrochera pas avec sa monotonie. « All I see » quand à elle débute avec un riff pour s’avancer à nouveau dans une ambiance posée et par conséquent soporifique.

Le tout a du mal à décoller et même si « Eyes of the child » et ses relents de pop rock mélodique à la Abba retentissent et font plaisir, donnant plus de profondeur à la musique du groupe, on a vraiment du mal à décoller. Par contre « The runner » sera plus conséquent de ce côté-là. Plus racé, plus dynamique, voilà enfin du titre qui réveil et qui donne envie de s’intéresser au groupe. Après cet engouement soudain, le groupe nous propose un titre à la Iron Maiden nomme « Against the world ». La montée en adrénaline continue sur « Fallen Angel » où la musique se voit dotée d’ailes et s’envole pour notre plus grand plaisir. Du bon rock mélodique inspiré années 80 mais avec une petite touche moderne qui fait du bien. L’album se termine sur « Second time around » nouveau titre plaisant et rythmé où le groupe se sort les doigts du c*l et nous montre qu’il a le potentiel pour faire ce que l’on attend de lui.

Conclusion : un album en demi-teinte. La première moitié est tout simplement à oublier, mais par contre la seconde partie (à partir de Eyes of the child) est des plus plaisante. On passera outre la production un peu faiblarde, surtout au niveau du chant. Un retour qui n’est pas sur les chapeaux de roue mais qui satisfera les fans du groupe, mais pas plus.
 
Critique : Lionel
Note : 6/10
Site du groupe :
Vues : 849 fois