Chronique

HE IS LEGEND - FEW / Spinefarm 2017

Cette jeune formation aura mis le temps pour nous sortir son premier album ! Étant prêt depuis 2015, le voilà enfin dans les bacs soutenu par un label. Donc allons découvrir cette nouvelle sensation...

La première chanson « Air raid » pose les bases de ce que sera le groupe, à savoir un métal/rock alternatif plutôt inspiré et personnel. Une bonne surprise, vite confirmée par « Sand » qui se démarque par un bon riff. Le groupe privilégie les mid tempo à ambiance lugubre ce qui se rapproche du style d'Alice In Chain. En tout cas le groupe nous sert des chansons courtes mais pas forcément simples.
Un peu plus de rythme arrive sur la plus cool « Beaufort » qui lorgne vers le rock et un certain Stone Temple Pilot. « Silent gold » poursuit en mode tout en contraste : couplet calme / refrain plus métal. Un titre sympa même s'il manque d'un peu d'accroche dans son ensemble. Ambiance plus cool avec « Alley cat » qui là aussi manque d'accroche évidente. Le groupe semble vouloir compliquer sa musique ce qui ne réussit pas toujours. Mais l'idée est bonne...
On alourdit les propos avec la mieux ficelée « Jordan ». Entre couplets musclés très 90' (on pense à Pantera) et refrain très mélodieux, ce titre à tout pour plaire !!! Moment presque calme avec « Gold dust » qui trouve un refrain très rock et énergique presque sorti de nulle part !
Toujours dans un certain calme mélancolique « Call ins » arrive et te berce dans une ambiance très sombre et 90'. Un très joli titre qui ne laisse pas indifférent. Puis « Eastern locust », et à nouveau une intro calme qui commence à nous faire somnoler, mais le groupe nous assène une suite plus percutante qui nous réveille de suite. Encore une fois très sombre.
« Fritz the dog » surprend avec son style étonnant mais fait son effet avec son refrain énervé. Court direct et percutant ! « The vampyre » et son ambiance à la Alice In Chains reprend du vrai métal décapant. A noter un bon riff inspiré par Metallica qui permet de finir sur une note plus groovy.
On finit avec « The garden » la plus longue et très très lourde chanson de l'album. Une fois de plus ça lorgne un peu de partout avec toujours cette atmosphère lugubre. Une manière de ne pas laisser indifférent à nouveau.

Conclusion : Pour un premier opus il y a de l'idée et une forme de personnalité intéressante. Un effort à confirmer dans le futur.
 
Critique : Guillaume
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 45 fois