Chronique

KLONE - UNPLUGGED / Klonosphere 2017

L'heure est venu de réparer une faute et de parler de Klone, un groupe français pourtant bien installé sur la scène Rock/Métal progressif et qui a plus que du charme : une signature. Avec un certains accent de post-grunge, le groupe a tracé sa propre route sur des bases qui évoquent Porcupine Tree, Tool et même Opeth. Leur dernier album Heres comes the sun était suffisamment bon pour me coller dans la lune au point d'oublier d'en faire la chronique. Unplugged est l'occasion de se racheter...

Un moment suspendu dans le temps
...parce que le difficile exercice de l'acoustique est très bien réussi. Les titres, essentiellement issus de cet album, sont adaptés avec ingéniosité et un regard neuf, en évitant les codes habituel visant à transposer en blues ou en folk. L'empreinte sonore de la guitare laisse sans voix, mais je peux vous assurer qu'elle a quelque chose d'unique et de vibrant. L'agrément discret de l'accordéon ou du violoncelle ajoutent les émotions qui contribuent à vivre une expérience unique.

Grâce à ces choix techniques et un enregistrement en condition live, l'interprétation prend une tout autre dimension, bien plus chaleureuse et intimiste. Un appel à l'évasion. Rien ne pouvait mieux coller à l'identité de Klone. Unplugged se veut ainsi accessible à tous, et je dirais même un incontournable dans votre salon ou votre voiture comme musique d'ambiance.

Des titres forts, une voix exceptionnelle
La voix de Yann Ligner est un argument à part entière en faveur d'Unplugged. Pour bien comprend de quoi on parle, je vous invite à écouter Immersion ou encore Into the void pour admirer ce véritable talent.

Mon coup de coeur ira à Grim Dance, aux accents de musique du jeu vidéo Diablo. Un titre à l'ambiance assez menaçante au refrain, bRrRrrr, qui donne la chair de poule.

TRACKLISTING :
01. Immersion
02. Grim Dance
03. People Are People ( Depeche Mode cover )
04. The Silent Field Of Slaves
05. Nebulous
06. Gone Up In Flames
07. Into The Void
08. Fog
09. Come Undone
10. Rocket Smoke
11. Summertime
 
Critique : Weska
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 54 fois