Chronique

JUDAS PRIEST - FIREPOWER / Colombia 2018

Après un moyen 'Redeemer of soul', la légende Britannique poursuit encore sa carrière et nous sort ce 'Firepower', dont on sait qu'il est le chant du cygne de Glenn Tipton atteint de la maladie de Parkinson. Alors que va t'il devenir de cet opus produit par Tom Allom le producteur des brûlots des 80' ?

On se lance avec « Firepower » du pur et dur Judas Priest, qui déboîte et envoie sévère !! La prod est excellente, claire et puissante loin de celle de son prédécesseur et permet d'illuminer des titres concis et efficaces ! Une entrée en matière plus que convaincante !!! A la suite « Lightning strike » ne lâche rien et permet de retrouver un groupe très, très en forme !! Perso je n'y croyais pas, mais force est de constater qu'ils ont encore du peps les papys !! Le Metal God est resplendissant, et même si il chante dans une tessiture plus convenue, sa voix fait des merveilles !!
« Evil never dies » se veut plus cool, malgré un refrain très 'Evil'. Un morceau très année 80, qui fait plaisir sans rien révolutionner. Avec « Never the heroes » le mid tempo classique fait son apparition et ça fonctionne !! De plus la voix pure de Rob est un régal et il prouve si besoin est que personne ne lui arrive à la cheville !! Oui Rob est toujours aussi grand et moi je suis ravi de cela !! 66 ans et toujours là !!
Un petit « Necromancer » bien introduit par un riff typique métal envoie à nouveau du lourd et permet de retrouver les aigus de Mr Halford. A nouveau ça déboîte et mémé devrait s'en méfier !! A noter que niveau solo même si Glenn Tipton est plus en réserve il réalise de beaux duels avec un Richie Faulkner mieux intégré. « Children of the sun » est un mid tempo plus mélodique et très intéressant. Un petit air année 70' qui passe bien.
Une intro piano/guitare « Guardians » arrive pour introniser « Rising from ruins », un sacré morceau de bravoure, qui file des frissons ! Une fois de plus le conteur qu'est Rob Halford fait des merveilles ! Une pure tuerie !! A la suite la rock n roll « Flame thrower » permet de passer à la suite sans concurrence, car son esprit est presque décalé par rapport aux autres titres. Plus fun, que sérieuse à mon goût, mais fichtrement efficace.
« Spectre » est un autre mid tempo qui durcit le ton et retrouve un esprit plus grave et sérieux. Le genre de titre qu’on n’attend pas forcément d'un groupe qui a plus de 40 ans de carrière. Début calme pour « Traitors gates », qui ne le reste pas et t'envoie dans les dents un riff qui fait mal ! La suite est du pur Heavy comme le groupe l'a inventé et fait son effet comme à ses débuts !! Du très, très lourd !! J'aimerais connaître leur recette de jeunesse éternelle !?
Si vous en voulez encore « No surrender » est là pour ça, avec encore ce satané Rob en grande forme !! Un voyage dans les 80' qui fait du bien au moral. Les légendes sont éternelles ! La très Birmingham « Lone wolf » arrive et surprend son monde avec son esprit très Black Sabbath. Peut être le titre qui passe le moins bien, mais 1 sur 14 on ne va pas trop leur en vouloir !
On termine avec rien de moins que « Sea of red » une sorte de power ballade qui fracasse tout portée (oui je sais) par un Rob Halford en état de grâce (que de frissons quelle voix mais quelle voix) !! Un titre comme le groupe en a pas fait beaucoup, mais pour moi, il ne s'est jamais manqué. Une conclusion de haut vol, qui ne peut laisser indifférent !!

Conclusion : Je l'avoue volontiers, jamais je n'aurais pensé être aussi ravi par ce nouvel album du grand Priest ! J'avais sûrement rangé le groupe à la retraite trop rapidement et voilà un retour de bâton qui fait mal mais aussi du bien. Avec ce 'Firepower' le groupe retrouve sa verve et délivre un nouveau brûlot de pur Heavy metal comme on les aime !! Merci pour cela et bravo au combatif Glenn Tipton qui même s'il doit tirer sa révérence restera à jamais un héros de notre musique préférée.
 
Critique : Guillaume
Note : 9/10
Site du groupe :
Vues : 152 fois