Chronique

RED SUN RISING - THREAD / Spinefarm Records 2018

Attaquant fort dès leur premier album (en distribution via un label - sinon troisième) « Polyester Zeal » avec des entrées en n°1 des charts mainstream aux Etats-Unis, le combo américain originaire de l’Ohio est revenu à la charge avec son deuxième album « Thread » qui se voit être doté d’une pochette alternant morosité et gaieté via le symbole du tournesol même si ces derniers s’orientent plus vers une ambiance sombre et fatiguée.

Effectivement, cette ambiance morose se retrouve dans le morceau d’ouverture « Fascination » qui se voit être posé, envolé et un peu psyché porté par la voix prenante de Mike Protich et la guitare de Ryan Williams dont ce dernier fera des merveilles et nous captive instantanément. Cette entrée en matière aussi surprenante soit elle (car oui la première fois on se demande ce que le groupe nous réserve) , nous permet d’accéder et d’intégrer l’état d’esprit de ce nouvel opus.
« Left for dead » n’en porte que son nom comparé à son ambiance. Ici c’est un musique teen pop mainstream façon Wheatus qui est faite. Inspirée et posée cette chanson nous donne patate même si le rythme n’est pas endiablé. Par contre, l’envolée vocale de Mike nous laissera pantois de par sa puissance et son aisance.
Ce côté catchy se retrouve rapidement dans le single « Deathwish » qui il faut le dire, il mettra tout le monde d’accord ! C’est un p*t**n de bon morceau. Ambiance rock qui monte en intensité avec précision, break, un batterie bien titillée et bim le refrain attaque pour nous scotcher et nous donner une envie d’évasion avec le couplet suivant ce dernier, le solo… bref. Une seule envie: l’écouter en boucle. « Stealing life » est un peu comme le calme après la tempête. Légère et agréable à souhait, ce rock mélodique nous permet de poursuivre ce voyage musical vers de nouveaux horizons toujours aussi ensoleillés (on comprend le symbole du tournesol sur la pochette, ndlr). Avec son intro délicate, « El Lazo » s’embrase avec élégance pour nous plonger dans un mid tempo évasif et envoûteur. Fermez les yeux, et plongez vous dans cet univers: sensation garantie.

Les choses ‘sérieuses’ reprennent le dessus avec une ambiance un peu plus appuyée, mais toujours aussi captivante et légère, avec un refrain qui ne nous laisse pas indifférent. Tout est fait pour que l’on ne perde pas le fil de l’écoute et que l’on ne se lasse pas. Et « Veins », second single, ne contredira pas ce fait. Nouveau morceau rock racé, facile à écouté mais bien travaillé, il est assez déconcertant de voir à quel point on se laisse saisir et adhérer à cette musique de haut niveau. Pour le jeu de mot, « Clarity » continue de mettre les choses au clair en poursuivant cette avancée avec une ambiance dynamique et toujours ce duo de choc chant / guitare qui font mouche à chaque fois.
« Benny Two Dogs » fait office de break en nous faisant retourner dans cette ambiance ‘rock teen mainstream’ qui officierait parfaitement dans un film façon ‘American Pie’ ou autre licence à l’eau de rose pour femme en demande de romantisme. Et cet esprit là se confirme avec « Rose », ballade qui nous transporte en gardant ce côté envouteur et cette sensation de ‘Love Addict’ .
Le point final se fera avec « Evil Like You », qui arrive avec force et nous plonge dans un esprit psychédélique dans lequel la guitare et la basse donnent une noirceur que l’on n’avait pas ou peu eu jusque là.

Un album surprenant et intense qui n’engendre qu’un seul désire (en fait deux): le ré-écouter. Et pour le deuxième, qui serait un peu le vice caché: découvrir le groupe sur scène !
 
Critique : Lionel
Note : 9/10
Site du groupe : Site du groupe
Vues : 114 fois