Chronique

ROTTING CHRIST - THE HERETICS / Season Of Mist 2019

Les légendaires Rotting Christ reviennent trois ans après l'excellent "Rituals" pour un nouvel album qui se révèle si cela était possible encore supérieur à son prédécesseur. Si les Athéniens ont débuté dans le registre black-metal, leur son a évolué avec les années vers une sorte de dark-metal atmosphérique absolument fascinant. Il est impressionnant de voir un groupe rester encore aussi novateur plus de trente ans après sa formation. Les frères Tolis semblent ici au sommet de leur art.

Dès " In The Name of God" qui ouvre l'album, on sent que l'on a affaire ici à un véritable chef d'oeuvre. Les rythmiques sont lourdes, le son puissant et les vocaux maîtrisés à la perfection. Les morceaux développent une thématique qui semblent inspirés par une figure divine entre paradis et enfer : " Heaven and Hell and Fire", "Dies Irae", "Fire God and Fear", " The New Messiah"... Le groupe incorpore dans ses morceaux des éléments de musique traditionnel grec qui donnent à l'ensemble encore davantage de profondeur. Il semble que le but de Rotting Christ soit de créer la musique la plus majestueuse, la plus atmosphérique, la plus émotionnelle qui soit et si tel est leur but, la mission est on ne peut plus réussie. Les Grecs s'aventurent également sur cet album sur des territoires nouveaux pour eux comme sur "Very Zlye" qui sonne metal-symphonique. Ce morceau est chanté par Irina Zybina du groupe russe de folk pagan metal, Grai et se fond parfaitement au reste de l'album, qui reste lui du pur Rotting Christ. A l'écoute de ce disque, on se rend compte à quel point ce groupe a réussi au fil des années à créer une musique unique, ne ressemblant à aucune autre. C'est bien simple, à eux seuls ils ont presque crée un nouveau genre musical. Il y a certes des groupes qui jouent du metal atmosphérique mais on ne trouve pas chez eux la profondeur à l'oeuvre chez les Grecs.

Plus l'album avance, plus l'auditeur est emporté dans une sorte de voyage merveilleux et labyrinthique. " Fire God and Fear", " The Voice of The Universe", " The Raven" sont d'absolus chefs d'oeuvre, mêlant metal, atmosphères sombres et hypnotiques. Quant à "Hallowed by the Name", elle sera la bande son idéale d'un film d'horreur. C'est bien simple, on avait plus entendu son aussi glaçant depuis les bande originales des Goblins pour les films de Argento. Il est presque difficile de décrire par des mots l'effet produit par cette musique tant elle vous fait ressentir une sorte de trip mystique. "The Heretics" est un grand, un très grand album qui écoute après écoute révèle une musique d'une intelligence rare. Masterpiece
 
Critique : Pierre Arnaud
Note : 10/10
Site du groupe : Site du groupe
Vues : 104 fois