Chronique

WAYLANDER - ÉRIÙ'S WHEEL / Listenable records 2019

Difficile de se tromper d'étiquette à la vue de cet artwork très nature. Waylander c'est du pagan métal, pour ne pas dire celtic metal. Après plus de vingt ans de bouteille, le sextet originaire d'Irlande lance avec Eriù's wheel son premier concept-album. C'est aux travers de jalons simple comme le solstice, l'équinoxe et les fêtes celtes que le groupe capture les mythes et les ambiances du cycle des saisons.

Découvrir Waylander en 2019 est assez perturbant. Le groupe soigne l'expression de chacun des instruments, et a fortiori les instruments folk, mais dans le même temps, il produit un métal underground et complètement rétro faisant directement écho aux années 90 de Bathory et Amon Amarth.

Le début de l'album est même assez rude. Comme pour illustrer Sahmain qui nous emmène aux portes de l'hiver, le death se veut lugubre, peu technique et peu mélodique. .Le doom pesant qui introduit ensuite Shortest day, longest night n'arrange pas les choses. Et pourtant c'est tout à fait cohérent.
La preuve, quand l'été se profile avec Beltine une marche héroïque clôture ce titre un peu plus enjoué, ce qui m'a directement suggéré de reprendre l'écoute depuis le début.

Mais même dans les saisons plus clémentes, Waylander peine à lâcher le chant guttural austère de ArdChieftain O'Hagan sinon pour mieux s'enfoncer dans un doom déprimant. Je sais pas ce qu'on bouffe dans To Feast At Lughnasadh, mais je peux vous garantir qu'il y a pas de binouse au banquet ni de sauce dans les saucières. Alors oui, le difficulté de ce thème est bien d'éviter les clichés du pagan à boire quand on exprime un métal extrême. Pour autant les variations manquent, et la production ne parvient pas toujours à faire le lien entre tous les instruments, donnant au calendrier un gueule assez linéaire. Une annus horibilis.

Bien heureusement, au fil des écoutes, le death mélancolique de Waylander révèle ses charmes et ses nuances. Occupant désormais une place dans ma discothèque quelque part entre Primordial et Eluveitie ; pour les moments de déprime, mais pas trop !

Line up
ArdChieftain O'Hagan - Chants
Saul McMichael - Guitare
Steve Reynolds - Basse
Lee McCartney - Batterie
Dave Briggs – Instruments traditionnels
Tor Dennison - Guitares

Tracklist
1)Betwixt Times
2)As Samhain Comes
3)Shortest Day, Longest Night
4)Imbolc
5)The Vernal Dance
6)Beltine
7)As The Sun Stands Still
8)To Feast At Lughnasadh
9)Autumnal Blaze
 
Critique : Weska
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 105 fois