Chronique

ELUVEITIE - ATEGNATOS / Nuclear Blast 2019

Presque trois ans après le départ de trois de leurs membres, nos helvètes d’ELUVEITIE n’ont à ce jour sorti qu’un album acoustique. Difficile de se faire une opinion dans ces cas là mais malgré tout, un fait saute aux yeux… enfin plutôt aux oreilles : Fabienne, harpiste et du coup chanteuse, assure. Le niveau est bien au dessus de celui d’Anna, avec une tessiture très douce, une chaleur dans la voix que je ne trouvait pas avant.

La question maintenant c’est : « album composé par Chrigel solo ou effort de groupe ? ». Impossible de le savoir, mais une chose est sûre, ELUVEITIE a changé.
Le titre d’ouverture et premier extrait « Ategnatos » (titre éponyme) m’avait un peu laissé de marbre car très classique dans sa conception. Mais plusieurs écoutes montrent que le morceau est en fait très bon. L’ADN du groupe est toujours présente mais… plus neuve.
Le prochain « vrai » titre (car oui « Ancus » dure onze secondes), « Deathwalker » montre que le côté metal du groupe s’est considérablement développé à en juger la puissance du riff. Pour une fois les guitares sont par moment seules sans forcément être éclipsées par un autre instrument. Le blast du refrain avec le double chant rend le morceau speed et accrocheur. Dommage que Fabienne soit un peu en retrait.
Mais rassurez vous elle le sera moins sur le plus qu’excellent « Black Water Dawn », où les instruments traditionnels dansent avec beauté, où Fabienne transcende le refrain de sa superbe voix contrastant avec le growl de Chrigel. Et cerise sur le gâteau, un solo très rock, bourré de feeling, rohlala que c’est bon !!!

Pour autant on a toujours ces mélodies celtiques très envoûtantes, un pas de deux entre la harpe et la flûte sur « A Cry in The Wilderness », une cornemuse sur «Raven Hill », les instrumentalistes assurent leur part avec brio sur un morceau lourd et plus basique tout en restant musical. Même constat pour « Ambiramus » : classique mais hyper entrainant, doux grâce à la harpe et (oui j’insiste) la superbe voix de Fabienne ! Elle fait vraiment la différence !! L’interprétation très rock celtique de « Breathe » passe tout seul ! Un régal !
Petite surprise sur « Mine Is The Fury » avec un morceau où le death métal est mis en avant au détriment de la mélodie des mandolines et hurdy gurdy. Brutal, pesant, l’antéchrist de vos cervicales étonne, comme « Worship » où Randy Blythe (Lamb Of God) se tape l’incrust !
Le morceau envoie de gros blasts, bien véloces, un moment d’agressivité entre deux passages doux. Et c’est là que se trouve la force d’ELUVEITIE sur cet opus ! Insuffler la rage à la beauté et la douceur à la haine. Ecoutez « Threefold Death » et vous comprendrez.

La fin d’album mettra en avant cette dualité chant clair growl, violence/douceur avec un très bon « Rebirth », varié et prenant, et une conclusion douce, belle, enivrante, a capella « Eclipse ». Pour ceux qui ont écouté « Evocation II : Pantheon », la chanson rappelle un peu « Artio » dans l’esprit.

Malgré un groupe qui a tout pour me séduire, ELUVEITIE n’a jamais fait l’unanimité dans ces nombreuses voix que j’ai en tête. Et pourtant cet album a réussi son pari (si une telle chose était envisagée…) : me faire rentrer dans le clan des celtes !
Je ne sais pas si le hasard ou la restructuration du groupe en sont la cause mais cet opus est d’excellente manufacture, le mariage des deux univers n’a jamais été aussi logique, aussi propre et raffiné. Une réussite. Assurément !
 
Critique : SBM
Note : 8.5/10
Site du groupe : Site Officiel
Vues : 77 fois