Chronique

DIVIDED MULTITUDE - FACELESS AGRESSOR / Ram it records 2019

Kitch et de mauvais goût. L'artwork, la sape des zykos, leur choix de coloris et de formes pour les instruments, les artworks des groupes sur le site du label. Mais quel diable nous a piqué ? Je vais quand même pas chroniquer un vieux groupe de métal prog et en plus dans la branche heavy/power !?
Et bah si ! Parce que celui qui un jour m'a vraiment fait aimé le métal m'a dit "l'habit ne fait pas le moine". Et putain qu'il 'avait raison.


Il aura fallu attendre près de vingt ans de carrière pour que les norvégiens signent leur album éponyme Divided Multitude, sorti en 2015, tirant un trait sur les nappes de claviers vomitives, et s'appliquant à une production moderne. Faceless Agressor, c'est la confirmation, et sortir sur un label spécialisé tout kitch tout neuf, ça leur va bien. Il est temps de pencher l'oreille et de voir ce qui se trame par là.

Divided Multitude est donc de l'école du heavy/power mélodique et n'est pas là pour exhiber sa technique. A l'image de l'album, Faceless agressor et Counterparts ne rentrent pas dans cette surenchère de syncopes, de contretemps, et de virtuosité. Côté curseur, vous êtes plus côté Nevermore que Symphony X. Les norvégiens cherchent surtout à susciter de l'émotion au travers du schéma très codifié du refrain neu-neu qu'on aime tant cette branche : "Giants will fall [] Break down these walls". Ces lignes de chant sont pourtant fabuleusesement exécutées, et il est facile de se laisser emporter à chantonner un refrain comme celui d'Evolve.

Si le groupe reste classique dans sa composition, il surprendra par ce côté aigre-doux qui allie le kitch du power au sérieux du son moderne, groovy, à la basse claquante. Il en fait même son identité avec Divided Multitude. Un titre simple mais assez indescriptible tant le registre et la production évolue au cours du titre. Mieux maîtrisé, Prosperity divine (The machine of Mammon), offre une expérience assez intéressante avec la sensation que même les couplets sont des refrains... dont un qui rappelle un certain début de Dancing queen. Mais les instruments eux, un métal speed et mélodique dont le jeu à deux guitares émoustillera les nostalgiques.

Parce que finalement c'est ça. Le power, c'était mieux avant. La relecture de Divided Multitude nous replonge dans cet âge d'or avec des choix techniques qui donnent envie de passer une heure ou deux sur cet album. Ne jugez donc pas au visuel, écoutez !


Tracklist
1. Chapter 2
2. Faceless Aggressor
3. Counterparts
4. Divided Multitude
5. Uninvited
6. Prosperity Divine (The Machine Of Mammon)
7. False Prophecy
8. Evolve
9. Out Of The Ashes
10. Psalm Of A Soldies (feat. Gary Wehrkamp, Terja Hary & Ida Hauklund)
 
Critique : Weska
Note : 7/10
Site du groupe :
Vues : 75 fois